HISTOIRE

L’Histoire Générale de l’Afrique: 3 millions d’années d’histoire africaine en 8 volumes

Dans le contexte post-colonial de l’année 1964, les pères des indépendances ont entrepris d’écrire l’Histoire Générale de l’Afrique, à travers le prisme africain.

A la suite des indépendances, les pays africains ont souhaité se réapproprier leurs territoires. Sur les plans culturels, artistiques, sociaux et historiques, la volonté d’émancipation de la mainmise occidentale était fortement marquée. Parmi les projets portés par les leaders indépendantistes et anti-colonialistes, celui d’écrire l’Histoire du continent, à travers le prisme africain.

L’Afrique mise en lumière dans l’HGA

Le projet de l’Histoire générale de l’Afrique (HGA) est lancé par l’UNESCO dès 1964, à l’appel des pays africains nouvellement indépendants. Ce travail monumental a mobilisé plus de 350 spécialistes de différentes disciples scientifiques telles que l’histoire, l’archéologie, la linguistique, la musicologie ou encore les sciences naturelles…Dirigé par un Comité scientifique comprenant 39 membres où l’on retrouve Cheik Anta Diop, T. Obenga ou DT Niane, un travail de réécriture est alors amorcé.

Les 8 volumes de l’Histoire Générale de l’Afrique

 

« Une œuvre pionnière, à ce jour inégalée dans son ambition de couvrir l’histoire de la totalité du continent africain, depuis l’apparition de l’homme. Une Histoire qui ne laisse plus dans l’ombre la période pré-coloniale et qui insère profondément le destin de l’Afrique dans celui de l’humanité en mettant en évidence les relations avec les autres continents et la part des Africains dans le dialogue des civilisations. » UNESCO

L’ambitieux projet d’écriture qui dura 35 ans, donna naissance à l’Histoire Générale de l’Afrique: 8 volumes d’environ 1000 pages chacun, qui retracent 3 millions d’années d’histoire africaine. Se positionnant loin des stéréotypes et de la vision euro-centrée, l’histoire fut écrite par des Africains pour les Africains. Il y eut également la participation de chercheurs internationaux et reconnus dans leurs spécialités mais pour la première fois, la quasi-totalité des pays du continent eurent leur représentant qui pouvait affirmer haut et fort que l’Afrique est bel et bien « entrée dans l’Histoire« . Les 8 volumes disponibles sur le site de l’UNESCO en pdf, ont été traduits en français, anglais, arabe ainsi que dans dix autres langues comprenant trois langues africaines telles que le Kiswahili, le Haoussa ou le Pulaar (en cliquant sur les titres, vous trouverez une description du contenu ainsi que le lien de téléchargement):

Volume 1 : Méthodologie et préhistoire africaine 

Volume 2 : Afrique ancienne

Volume 3 : L’Afrique du VIIe au XIe siècle 

Volume 4 : L’Afrique du XIIe au XVIe siècle

Volume 5 : L’Afrique du XVIe au XVIIIe siècle 

Volume 6 : Le XIXe siècle jusque vers les années 1880 

Volume 7 : L’Afrique sous domination coloniale, 1880-1935 

Volume 8 : L’Afrique depuis 1935 

Un neuvième volume panafricain

Depuis le début du travail d’écriture de l’HGA en 1964, les sociétés africaines ont évolué. Avec elles, les relations du continent avec sa diaspora et le reste du monde. C’est pourquoi, le contenu du prochain tome, commencé en 2003, souhaite mettre à jour les données des huit premiers mais également réfléchir le neuvième de manière moderne. Trois principaux objectifs ont été retenu par le Comité scientifique:

  1. Mettre à jour les 8 premiers volumes
  2. Cartographier et analyser les différentes diasporas africaines
  3. Identifier et analyser les nouveaux défis du continent

Pour ce faire, l’équipe chargée du projet souhaite déclasser les outils conceptuels issus des bibliothèques coloniales « qui pèsent aujourd’hui encore lourdement sur les productions des savoirs sur les Africains et les personnes d’ascendance africaine ». Un nouveau volume penser dans une vison panafricaine où le continent et ses diasporas seraient intimement liés. Une lecture plus endogène encore, à travers les différentes résistances africaines et diasporiques, les ressources naturelles du continent, la place de l’Afrique dans le monde…autant de sujets d’actualité contés par les principaux intéressés. Un nouveau défi que se plaisent à relever les membres du Comité qui sont à l’image du projet: africains, panafricains et afro-centrés.

Volume 9 : L’histoire récente depuis la décolonisation, la fin de l’apartheid et la place de l’Afrique dans le monde 

Utilisation pédagogique de l’HGA

Bien que le projet soit louable et peut-être même salutaire, trop peu de personnes en connaissent l’existence. Depuis 2009, l’UNESCO et l’Union Africaine souhaite rendre disponible au grand public ces travaux destinés jusqu’alors aux chercheurs et lecteurs assidus. Plus encore, la deuxième phase du projet prévoit l’utilisation pédagogique du savoir encore enfermé dans les 8 volumes afin de les intégrer dans les programmes scolaires de primaires et secondaires en Afrique.

Le porte-parole de la Coalition internationale des artistes pour l’Histoire générale de l’Afrique de l’UNESCO, Ray Lema, invite les artistes de toutes disciplines à rejoindre la Coalition des artistes pour promouvoir et rendre accessible à la jeunesse africaine et au public en général une œuvre aussi monumentale que l’Histoire générale de l’Afrique.

L’HGA sera également traduit en images vidéo pour le faire connaitre au grand public. Une série de 6 films documentaires d’environ une heure chacun sera réalisée par la célèbre journaliste et productrice de la BBC, Zeinab Badawi, qui s’est engagée à faire découvrir au monde ce qu’elle appelle avec humour « le secret le mieux gardé de l’UNESCO ».

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Ces rendez-vous panafricains qui ont marqué le XXe siècle (1900-1945)

Source:

UNESCO

Ne ratez rien de l'actualité Afro.

Inscrivez-vous à notre newsletter