CULTURE

Une nuit au musée avec le couple Carter : décryptage du clip « Apes**t »

Le célèbre musée parisien du Louvre, qui compte parmi les sites les plus visités au monde, a accueilli le couple Carter pour le tournage du clip « Apeshit » (qui signifie « folie furieuse » en argot). Tourné dans le plus grand secret par Jay-Z et Beyoncé, il a été dévoilé samedi soir à Londres après un concert des deux superstars américaines.

Dans leur nouveau clip « Apeshit », le couple Carter pose au milieu des plus célèbres tableaux et sculptures du patrimoine mondial. Symboles de la féminité, de l’amour éternel, du pouvoir ou de la présence noire dans l’Histoire, le choix des œuvres confirme les Carter dans leurs positions engagées.

Nous vous proposons un petit tour non-exhaustif dans les couloirs du Musée du Louvre pour le décryptage d’un clip truffé de références…

La Joconde de Léonard de Vinci

Capture d’écran du clip « Apeshit » des Carter

La Joconde ou Mona Lisa, est un des portraits les plus emblématiques de l’histoire de l’art. Peint par Léonard de Vinci au XVIe siècle, Mona Lisa est le visage féminin le plus connu au monde. Certains affirment avoir l’impression d’être constamment observés par la Joconde, quelle que soit la position depuis laquelle ils la regardent. En 2003, le roman de Dan Brown lui a donné une nouvelle dimension, augmentant le mystère qui persiste autour du personnage.

Parés de diamants et d’or, le couple s’impose comme la nouvelle référence: les visages les plus connus au monde seront désormais les leurs. Avec « Apeshit », la performance artistique n’est plus qu’une simple expression! Dès le début du clip, Beyoncé et Jay-Z annoncent et étalent leur fortune et leur gloire.

La Victoire de Samothrace

Capture d’écran du clip « Apeshit » des Carter

Le monument représente une statue de femme ailée de l’époque hellénistique (Grèce Antique). Elle est la déesse messagère de la Victoire nommée « Niké » (déesse qui a également inspiré la marque « Nike »). Sculptée de marbre blanc, et vêtue d’une tunique légère également blanche, elle symbolise la conquête. De son socle, elle termine son vol pour se poser sur la proue d’un navire de guerre.

Tout de blanc vêtus, à l’image de la déesse Niké, le couple Carter symbolise la victoire. Celle de l’ascension de deux afro-américains sur le haut des marches du pouvoir. Riches, beaux et célèbres, ils ont pris leur revanche sur l’histoire, celle de leurs ancêtres déportés aux Amériques et réduits en esclavage.

Le grand sphinx de Tanis

Capture d’écran du clip « Apeshit » des Carter

Le grand sphinx de Tannis est l’un des plus grands monuments exposés en dehors de l’Egypte. Il rappelle l’époque des Pharaons de l’ancien Empire Egyptien. Symbole de protection et gardien des Pyramides, il est prêt, griffes sorties, à bondir à tout moment contre l’ennemi.

Tels un roi et une reine égyptiens, le couple pose devant le gardien des pharaons, le grand Sphinx. Ce clin d’oeil appuyé renvoie à l’Egypte pharaonique noire et à son glorieux passé. Aux Etats-Unis, les « Black Studies » appelés aussi « African-American studies », désignent un champ académique interdisciplinaire consacré à l’étude, l’histoire, la culture et la politique des personnes noires américaines. Ils y étudient notamment les travaux de Cheik Anta Diop.

Le sacre de Napoléon de Jacques-Louis David

capture d’écran du clip « Apeshit » des Carter

Le tableau du sacre de l’Empereur Napoléon et de sa femme Joséphine de Beauharnais est imposant. On y voit l’Empereur couronner sa femme. Devant, Beyoncé et huit autres danseuses nous forcent à détourner le regard. Leur chorégraphie sensuelle met-elle en scène la sexualisation de la femme noire durant l’esclavage? En effet, en 1802, Napoléon a rétabli l’esclavage dans certaines colonies française, le tableau du peintre David date de 1807, à peine cinq ans après ce rétablissement.

De même, la pose des deux jeunes femmes sous le tableau Le portrait de madame Récamier que l’on aperçoit également dans le clip, pourrait symboliser la chosification des noirs. On y voit deux femmes, assises par terre, reliées par un bout de tissu, qui reproduisent la chaise longue du tableau. Une référence à l’article 44 du Code Noir qui détermine les esclaves comme meubles…?

Le Radeau de la Méduse de Théodore Géricault

Capture d’écran du clip « Apeshit » des Carter

Jay-Z pose devant l’un des tableaux les plus célèbres du monde. L’œuvre de Géricault représente le naufrage d’un navire de la Marine Royale en partance pour le Sénégal durant la traite négrière. Parmi les hommes et femmes entassés sur le radeau de fortune, un homme noir brandissant un tissu, porte seul l’espoir d’un sauvetage. Il est celui qui a la force et le courage, malgré l’épreuve, de se hisser pour interpeller les bateaux qui passent et qui pourraient les sauver. Jay-Z, en promoteur d’actions communautaires, se verrait-il comme l’homme du tableau: un espoir pour une communauté noire-américaine dont la (sur)vie est fragile et souvent mise en péril dans un pays où le racisme fait encore des victimes?

La Vénus de Milo

Capture d’écran du clip « Apeshit » des Carter

La Vénus de Milo est une statue de la Grèce antique représentant une femme. Beaucoup s’accordent à y reconnaître une effigie d’Aphrodite en raison de la semi-nudité de la figure, de la féminité de sa silhouette onduleuse et de la sensualité de ses formes. Dans la mythologie grecque, elle est la déesse de l’amour et de la sexualité.

Posant en body couleur chair, Queen B met en avant ses formes et concurrence la beauté de la déesse. Une façon de remettre à jour les standards de beauté occidentaux? ou peut-être un hommage à la Vénus Hottentote, réduite en esclavage et exhibée en Europe pour son physique? Dans tous les cas, aujourd’hui, peu s’aventureraient à remettre en question la beauté de la Diva!

Portrait d’une femme noire de Marie-Guillemine Benoist

Capture d’écran du clip « Apeshit » des Carter

Portrait d’une femme noire anciennement dénommé Portrait d’une négresse, est un tableau de la peintre française Marie-Guillemine Benoist, réalisé en 1800. Cette toile est un portrait d’une jeune femme noire considéré comme une célébration de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises en 1794. Réalisée six ans après que la Convention l’ait aboli officiellement, cette peinture est doublement subversive pour l’époque: elle est peinte par une femme et représente une femme noire.

Après ce décryptage, nous vous laissons le soin de vous faire votre propre idée avec le clip « Aspeshit » issu de l’album « Everything is love »:

Leur nouvelle tournée, intitulée «On The Run II» en référence à leur tournée commune de 2014, traverse l’Europe avec deux dates en France – le 14 juillet à Saint-Denis au Stade de France et le 17 juillet à Nice – avant de se poursuivre outre-Atlantique pour s’achever à Vancouver au Canada le 2 octobre.

Ne ratez rien de l'actualité Afro.

Inscrivez-vous à notre newsletter