ECONOMIE

L’émergence économique des groupes panafricains du continent

Malgré les défis que constituent le manque d’infrastructures et le déficit de financement, le rapport du Boston Consulting Groupe dévoile l’émergence économique des grands groupes panafricains.Bien que le commerce intra-africain reste faible, celui-ci a connu une augmentation ces dernières années, passant de 11 % à 15 % des échanges totaux entre 2008 et 2016.

Le rapport du Boston Consulting Group (BCG), publié le 6 avril et intitulé Pour une Afrique unie : le rôle clé des entreprises africaines à travers le continent, révèle les nombreux investissements inter-continentaux. Entre 2006-2007 et 2015-2016, le montant annuel moyen d’IDE africain (ce que les entreprises africaines ont investi dans les économies africaines) a presque doublé, progressant de 3,7 milliards de dollars à 10 milliards. Sur la même période, les accords de fusions-acquisitions sont passés de 238 à 418, tandis que « la moyenne annuelle des exportations intra-africaines a augmenté de 41 milliards de dollars à 65 milliards ».

«Malgré les obstacles de la fragmentation, l’intégration économique en Afrique n’est pas seulement engagée, mais elle s’accélère (…) L’Afrique investit plus en Afrique, l’Afrique s’engage plus avec l’Afrique et les Africains se rendent plus en Afrique», souligne BCG

Tewolde Gebremariam, Directeur général du groupe Ethiopian Airlines, cité comme entreprise panafricaine émergente

Aussi, le nombre de touristes africains s’est accru de 19 à 30 millions, représentant plus de la moitié des visiteurs du continent en 2015-2016. Pour le BCG, ces progrès de l’intégration économique en Afrique résultent du secteur privé et du dynamismes de groupes « champions » panafricains, qui opèrent de manière croissante à l’échelle du continent.

« En moyenne, le top des 30 des entreprises africaines ont maintenant des opérations dans 16 pays africains, en hausse par rapport à une moyenne de seulement 8 en 2008 »

Au total, BCG identifie 150 entreprises, dont 75 groupes qui constituent des « pionniers panafricains », qui « ont un bilan impressionnant de création de valeurs pour eux-mêmes et de faire progresser le développement du continent » et qui savent que « faire progresser l’intégration des marchés africains où elles font des affaires est une manière d’améliorer leur réussite ».

 

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Les chefs d’Etats africains signent un accord de libre-échange continental

Sources:

Agence Ecofin

Jeune Afrique

Ne ratez rien de l'actualité Afro.

Inscrivez-vous à notre newsletter