CULTURE

DeShuna Spencer crée la plateforme de diffusion des cinéastes noirs

Journaliste de formation, DeShuna Spencer fonde Kweli TV, qui a pour objectif d’être la plateforme de diffusion en continu des médias, pour que les cinéastes noirs du monde entier puissent partager leur contenu et gagner de l’argent grâce à sa distribution. 98% du contenu ayant fait l’objet de sélections officielles dans des festivals du monde entier y est intégré. « Il y a beaucoup de grands cinéastes dans le monde, pour nous, nous offrons aux cinéastes noirs un moyen de gagner de l’argent grâce à leur travail et d’être reconnus pour leur travail. »

Kweli, qui signifie «vérité» en swahili, vise à témoigner de tous les aspects de l’expérience noire. Pour que le contenu soit présenté sur Kweli TV, le personnage principal doit être d’ascendance africaine et « pas l’acolyte de la fée marraine », affirme la fondatrice.

Le film intitulé Something Necessary est un exemple de contenu Kweli TV. Créé par la cinéaste kényane Judy Kibinge, Something Necessary explore la vie, suites aux troubles civils au Kenya après les élections de 2007, à travers les yeux d’une femme nommée Anne. En 2013, le film a été nommé pour le prix du public au Festival international du film de Chicago, et présenté au Festival international du film de Toronto.

Il y a actuellement 200 titres sur la plateforme qui contient trois titres par semaine dans les catégories documentaire et fictions de long-métrages. Les abonnés peuvent regarder Kweli TV sur le web ou via Roku, Apple TV ou Google Play. Contrairement à Netflix, Kweli TV ne cherche pas à avoir un contenu sans fin, mais se limite à 500 titres à la fois. La plateforme, qui a été lancée il y a à peine quelques mois, compte 2000 abonnés payant mensuellement, 30 000 abonnés payant à la fin de l’année. L’adhésion mensuelle est de 5,99 $ et l’adhésion annuelle coûte 49,99 $.

DeShuna Spencer
© halcyonhouse.org

En tant que valeur ajoutée au contenu diffusé en continu, Kweli TV s’associe à d’autres entreprises appartenant à des Noirs, pour offrir des réductions et d’autres avantages à ses abonnés. Les abonnés peuvent accéder à des réductions dans des sociétés américaines comme Heritage Box, Black Card Revoked, African Ancestry et d’autres. Du côté des créateurs, les cinéastes sont rémunérés en fonction du nombre de minutes qu’ils passent à visionner leur contenu. Plus spécifiquement, 60% des revenus de Kweli TV vont aux cinéastes, qui sont payés chaque trimestre. En accord avec le désir de Spencer de rester intime, Kweli TV va commencer à organiser des événements en personne pour que ses membres puissent se connecter entre eux. Le premier événement a eut lieu en février. « Nous voyons vraiment Kweli comme une communauté plus qu’un service de streaming« , a déclaré Spencer. « Nos clients nous demandent d’être plus orientés vers la communauté. » Kweli TV est une société amorcée au sens traditionnel du terme, ce qui signifie qu’elle n’a levé aucun financement auprès d’investisseurs providentiels ou de capital-risque. L’entreprise a toutefois remporté 65 000 $ dans le cadre de plusieurs concours de démarrage. « C’est un travail à plein temps pour recueillir des fonds », a déclaré Spencer. « Cela ne veut pas dire que nous n’allons jamais augmenter, mais aujourd’hui, je me concentre sur les revenus. »

Nous souhaitons à Kweli TV de prospérer et de devenir la nouvelle référence de plateforme audiovisuelle panafricaine !

Vous aimerez aussi:

Nicson Agenord, jeune réalisateur haïtien du cinéma argentin

 

 

Ne ratez rien de l'actualité Afro.

Inscrivez-vous à notre newsletter