HISTOIRE

Ras Tafari était-il le messie envoyé par Dieu ?

« Car un enfant nous est né, un fils nous est donné. Il a reçu le gouvernement sur les épaules, et il sera nommé Conseiller merveilleux, Puissance-divine, Père éternel et Prince de la paix. » Esaie 9 verset 5

Nous sommes le 2 novembre 1930 en Ethiopie, plus précisément dans la Cathédrale Saint-Georges d’Adis Abeba. Ras Tafari vient d’être couronné Negus (empereur) sous le nom d’Haïlé Sélassié 1er (pouvoir de la Trinité). A cette occasion lui sont attribués les titres « Roi des Rois », « Seigneur des Seigneurs », « Lion conquérant de la tribu de Juda », « Élu de Dieu », conformément à diverses prophéties bibliques.

Par  Sandrine D. / nofi.fr

23 juillet 1892. Un petit garçon du nom de Tafari Makonen vient de naître dans la ville d’Harar, à Ejarsa Gora. Selon le « Kebra Negast, la gloire des Rois d’Ethiopie », livre saint éthiopien, il est le 225ème descendant direct du roi Salomon et de la reine de Saba. Pour accueillir l’arrivée du nouveau-né, une pluie intense accompagnée de tonnerre et d’éclairs s’abat, alors que le pays était plongé dans une grande sécheresse.

Toute l’enfance de Ras Tafari sera auréolée de mysticisme. Ainsi, il s’est dit qu’il conversait avec les léopards et les lions, que les fauves de la jungle devenaient dociles à ses pieds. Selon ses propos, les premières créatures à lui avoir parlé sont les insectes. Un jour, l’enfant dessina sur du papier un superbe oiseau aux couleurs chatoyantes. Celui-ci prit vie, et s’envola par la fenêtre avant de disparaître dans le ciel, sous les yeux éberlués d’un prêtre.

Ras Tafari

Le jeune garçon possédait une intelligence aiguë, un goût prononcé pour les études et une sagesse occulte. Il pouvait citer sans sourciller les livres de Kufale, d’Enoch, le livre d’Eden (supprimé secrètement de la Bible), les rares manuscrits d’Abba Aragaive, les Neuf Saints, et de nombreux autres ouvrages apocryphes et épigraphiques. Ras Tafari maîtrisait également les formules magiques de l’Urim, les mots mystiques de la nécromancie égyptienne, les écrits de Gilgamesh ainsi que des doctrines cabalistiques. Un jour, un moine fut épouvanté lorsque Ras Tafari lui fit la description du sanctuaire intérieur de l’Arche de l’Alliance, contenant les Tables de la Loi et certaines inscriptions. En effet, la Reine de Saba enfanta d’un fils, Mélénik 1er, qui fut éduqué aux côtés de son père Salomon, afin de s’imprégner de sa sagesse. Lorsque l’enfant grandit et rentra en Ethiopie, il rapporta secrètement l’Arche de l’Alliance, qui se trouve actuellement dans l’enclos de l’église Sainte-Marie-de-Sion, à Aksoum. Normalement, seuls les moines peuvent regarder l’Arche selon les préceptes divins, car sa magnificence serait telle qu’elle tuerait celui qui aurait l’audace de la contempler.

Ras Tafari

Ras Tafari et son père Ras Makonnen, en 1889.

Les facultés mystiques et spirituelles du jeune Ras Tafari tiennent en partie du fait que les Rastas le considèrent comme le messie envoyé par Dieu, le Christ manifesté dans son caractère royal. Pour cela, ils s’appuient sur les discours de Marcus Garvey qui faisaient souvent référence à l’Ethiopie :

« Laissons le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob exister pour la race qui croit au Dieu d’Isaac et de Jacob. Nous, les Noirs, croyons au Dieu d’Éthiopie, le Dieu éternel, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit, le Dieu de tous les âges. C’est le Dieu auquel nous croyons, et nous l’adorerons à travers les lunettes de l’Éthiopie. »

En 1924, le révérend James Morris Webb prononça : « Regardez vers l’Afrique, où un roi noir sera couronné. Il mènera le peuple noir à sa délivrance. »

Fait très rare pour un monarque africain, le sacre de Ras Tafari fut très médiatisé. Des représentants prestigieux de pays occidentaux firent le déplacement pour honorer le nouveau souverain. L’aura fut tel qu’il parvint en Jamaïque, où une frange de la population vit en ce couronnement la « prophétie de Marcus Garvey ». De là débuta le rastafarisme, unissant les disciples de Ras Tafari, et s’appuyant désormais sur l’interprétation de versets bibliques, dont je vous propose quelques morceaux choisis :

« Hommes frères, qu’il me soit permis de vous dire librement, au sujet du patriarche David, qu’il est mort, qu’il a été enseveli, et que son sépulcre existe encore aujourd’hui parmi nous. Comme il était prophète, il savait que Dieu lui avait promis avec serment de faire asseoir un de ses descendants sur son trône. » Actes 2 verset 29-30.

Or Jésus-Christ lors de son premier avènement ne s’est jamais assis sur le trône de David, père de Salomon, contrairement à Haïlé Sélassié, qui était leur descendant direct. 

« L’Ethiopie accourt, les mains tendues vers Dieu. » Psaume 68 verset 31

« Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige; ses yeux étaient comme une flamme de feu. Ses pieds étaient semblables à de l’airain ardent, comme s’il eût été embrasé dans une fournaise. » Apocalypse 1 verset 14. Les cheveux de Ras Tafari étant crépus, sont considérés comme laineux. L’airain chauffé est sombre, comme la peau d’Haïlé Sélassié.

Ras Tafari n’a jamais revendiqué être un messie, il était un chrétien orthodoxe pratiquant. Mais il éprouvait de l’affection pour les rastas et leur envie de retrouver leurs racines africaines. Il fut renversé par un groupe rebelle en 1974, et mourut assassiné le 27 août 1975.

Ras Tafari

Sa Majesté Impériale Haïlé Sélassié était-il l’envoyé de Dieu ? Au vu des quelques éléments apportés chacun se forgera son opinion. Personnellement, je ne suis pas convaincue de sa divinité. Mais je n’oublie pas que grâce à lui, l’Ethiopie est le seul pays d’Afrique à n’avoir jamais été colonisé. Et pour cela je dis RESPECT.

VOUS AIMEREZ AUSSI

L’Ethiopie décide de naturaliser près de 1000 rastafaris jusqu’alors sans nationalité

Originaire de la Caraïbe, je suis une amoureuse de nos riches et fascinantes cultures noires. J'aime particulièrement conter nos belles histoires.

Posts : 64