SOCIÉTÉ

Un homme se peint le visage en Blackface pour braquer une banque

Jarred Schmittle, un Américain de 40 ans, avait tenté en vain de braquer une banque californienne en août 2017.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

Le débat sur la légitimité des violences policières envers les Noirs peut être résumé en deux prises de position extrêmes.

La première, qui pourrait être définie comme une culpabilisation des Noirs, consiste à dire qu’il est normal de brutaliser des Noirs innocents parce qu’une grande partie des criminels seraient des Noirs. Parce que les policiers sont des humains et que l’humain a tendance à généraliser les comportements répréhensibles de certaines personnes garantir leur survie, il serait normal qu’ils attaquent les premiers Noirs qu’ils voient pour garantir leur survie comme ils le feraient avec avec un animal sauvage se dirigeant vers eux.

La seconde, souvent dénigrée comme ‘victimisation des Noirs’, consiste à dire qu’il n’est pas normal, pour des policiers, de brutaliser des Noirs innocents, que généraliser les comportements répréhensibles de certaines personnes à toutes celles leur ressemblant relevait d’un comportement animal et que l’être humain pouvait viser plus haut que ce genre de comportement.

Les deux hypothèses ont leurs défenseurs et leurs arguments.

Dans un autre cas de figure, si une personne non-noire s’invente un agresseur noir, les partisans les plus virulents de la culpabilisation des Noirs pourront justifier ce genre d’actions en disant qu’un grand nombre de criminels sont Noirs et qu’elle s’est simplement basée sur la réalité, et pas sur son racisme pour choisir l’apparence de son agresseur.

L’auteur du fait divers rapporté plus bas me paraît toutefois difficilement défendable par les plus hardcores des culpabilisateurs des Noirs.

Peaux Blanches, Masques Noirs

Jarred Schmittle

Jarred Schmittle

Âgé de 40 ans au moment des faits, Jarred Shmittle, un résident  de Lake Elsinore en Californie, a été arrêté en novembre 2017. Il est suspecté d’être l’homme blanc, qui, après s’être maquillé le visage et les mains de maquillage marron et recouvert les cheveux d’un bonnet a cherché à cambrioler une banque le 18 août 2017 à Corona dans le même état de Californie.

Jarred Schmittle

Celui qui s’est présenté devant un employé en lui remettant un bout de papier où était écrit qu’il exigeait de l’argent et qu’il était armé, n’a toutefois pas convaincu les témoins de la scène, qui l’ont décrit comme un homme « avec un évident maquillage sombre utilisé pour cacher son apparence ».

L’intéressé ne s’est semble-t-il pas convaincu lui-même, puisqu’il s’est enfui au bout de quelques secondes sans avoir emporté le moindre sou.

L’identité du coupable était restée mystérieuse jusqu’au 1er novembre 2017, quand de nouvelles pistes menèrent à Jarred Schmittle et son appartement, où des éléments compromettants furent trouvés. Jarred Schmittle sera placé en détention dans l’établissement pénitentiaire de du Cois Byrd Center de French Valley en Californie.

Encore la faute des Noirs?

Peut-on objectivement considérer que le comportement qui est reproché à Jarred Schmittle est imputable au grand nombre de criminels noirs dans la société comme le ferait une approche culpabilisatrice des Noirs? La réponse est évidemment non. Par son stratagème, le coupable n’a pas inventé un criminel imaginaire qui aurait pris la couleur de la majorité des braqueurs de banque. Il a voulu attribuer son crime à une personne d’une autre couleur de peau et contribuer à la stigmatisation d’une autre communauté.

A travers ce maquillage, il n’a pas seulement voulu cacher son apparence, ce qu’il aurait pu faire en mettant une simple cagoule et ou des gants. Il l’a fait en se cachant les cheveux et le cou et en se peignant le visage et les mains  dans le seul but de passer pour un Noir. Il mérite donc plus que jamais d’être puni pour son crime et pour avoir voulu accuser tous ceux possédant la carnation d’un Noir.

Vous aimerez aussi:

USA : 2 nouveaux cas de ‘victimes’ s’inventant des agresseurs noirs