ECONOMIE

Girls Auto Clinic, le garage qui propose des soins de beauté pendant la réparation

Patrice Banks a créé Girls Auto Clinic, un garage qui permet à ses clientes de recevoir des soins esthétiques en attendant la réparation de leurs voitures. Elle les introduit aussi aux rudiments de la réparation de voitures, estimant que les femmes se font trop souvent arnaquer par des mécaniciens sans scrupules.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr;

En France, une enquête administrative avait révélé en 2015 un taux d’infraction de près de 39% dans le domaine de la réparation automobile. Aux Etats-Unis, le problème semble être d’une envergure au moins aussi importante. « D’après  la National Highway Traffic Safety Administration  en effet, « les clients (perdraient) chaque année des dizaines de milliards de dollars à cause de réparations de mauvaise qualité, voire inutiles ».

Girls Auto Clinic

L’escroquerie des mécaniciens, un phénomène de plus en plus médiatisé

En d’autres termes, ici et là, le métier de mécanicien semble être souvent pratiqué par des personnes sans scrupules. Cette situation semble être rendue possible par le caractère quasi-ésotérique de la discipline, dont les spécificités échappent au commun des mortels.

Girls Auto Clinic

Patrice Banks

Patrice Banks a identifié un segment particulièrement ignorant du domaine au sein de la population : les femmes. Elle-même victime d’une arnaque par un mécanicien, Banks a quitté son emploi d’ingénieure, a appris la mécanique en autodidacte puis créé Girls Clinic Auto avec d’autres mécaniciennes dans la ville de Philadelphie. Dans ce garage, son offre s’adresse principalement aux femmes. Elle s’attache à leur fournir des services de réparation honnêtes ainsi que pour celles qui le souhaitent, des ateliers leur apprenant les rudiments de la mécanique. Mais la véritable originalité de Girls Auto Clinic réside dans les soins de beauté proposés aux clientes. Celles-ci pourront donc bénéficier d’un soin capillaire, d’une manucure ou d’une pédicure en attente de la réparation de leurs voitures.

Girls Auto Clinic

Le salon de beauté du garage Girls Auto Clinic

L’idée entrepreneuriale de Banks est remarquable dans la mesure où elle apporte une solution à un problème qui touche véritablement toute la société. En se positionnant comme paragon de l’honnêteté, elle obtient nécessairement l’avantage moral et la légitimité  sur ses concurrents, tous relégués au statut d’escrocs auprès du public car appartenant à l »ancien ordre’.

L’utilisation d’un langage de son temps

De manière assez géniale, elle réussit à faire que son commerce s’approprie les concepts et mots-clés issus de l‘hyper-médiatisation actuelle de la lutte contre le patriarcat aux Etats-Unis: ‘women empowerment’, ‘sororité’, ‘defying gender roles’, ‘inclusion’, ‘safe spaces’, etc.

L’usage de ce mots et concepts est récemment souvent corrélé avec le buzz dans les médias et a permis à Patrice Banks, outre son génial projet, de disposer d’une couverture médiatique remarquable en plus d’un effet de mode.

Elle a également fait usage du néologisme comme sheCANic, une altération du mot mechanic  (mecanicien). Avec ce nouveau mot, elle fait référence à la capacité des femmes, souvent niée, à occuper des professions jugées masculines dans la société. Ce genre de néologismes semble avoir un effet durable sur les esprits de la société américaine. C’était par exemple le cas de ‘our-story’, (littéralement ‘notre histoire’) un néologisme utilisé fort longtemps par des Noirs Américains soucieux de raconter leur propre version de leur histoire en réponse à history / his-story (littéralement ‘son histoire’), l’histoire écrite par les Blancs Américains.

Elle a aussi réussi à rendre encore plus attirant pour les femmes son concept de garage en jouant sur les ‘gender roles’ : si les femmes peuvent être mécaniciennes contrairement à ce que ces ‘stéréotypes de genre’ peuvent laisser croire, elle respecte ceux-ci et encourage les femmes à cultiver le ‘stéréotype des femmes apprêtées’ si elles le souhaitent en leur fournissant des manucures et des pédicures.

Comment s’en inspirer?

L’aventure entrepreneuriale de Patrice Banks est extraordinaire. On peut se demander comment un entrepreneur en recherche de nouvelles idées pourrait s’en inspirer. Se placer comme un modèle d’honnêteté et de vertu sur un marché connu pour son lot d’escrocs pourrait être une voie à suivre. En occident (mal)heureusement, la plupart des prestations de services indispensables semblent réglementés dans leurs prix et donc peu en proie à des abus auprès des clients. Dans de nombreux endroits d’Afrique toutefois, les tarifs sont beaucoup plus flexibles et de nombreux touristes ou expatriés se voient arnaquer dans les marchés ou dans les taxis. Un projet d’entrepreneuriat intéressant inspiré par celui de Banks pourrait à mon avis être de fournir aux touristes et expatriés un de ces services à un prix minimum, tout en proposant des ateliers formant à la négociation locale. Mais ce n’est là qu’une idée…