SANTÉ

Atteinte du cancer, Paula Edwards devient progressivement blanche de peau

Paula Edwards, une femme noire britannique, a vu sa couleur de peau s’éclaircir de manière significative suite à la prise de son traitement médical contre le cancer.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

Près de dix ans après la mort de Michael Jackson, le blanchissement de sa peau continue à susciter la polémique. De son vivant, le chanteur avait soutenu s’être dépigmenté pour uniformiser son teint à cause du vitiligo, une maladie dont il souffrait et qui couvrait sa peau de tâches blanches. Il déclarait à ce propos souffrir des accusations remettant en question l’honnêteté de son propos. Lors d’une interview avec Oprah Winfrey, il déclarait ainsi :
« C’est quelque chose contre quoi je ne peux rien faire. Quand les gens mentent en disant que je ne veux pas être qui je suis, ça me blesse. C’est un problème pour moi. Je ne peux rien faire contre ça. »

Bien que l’explication de Jackson ait été confirmée par son autopsie, sa ‘fierté d’être noir’ continue à susciter l’incrédulité d’une grande partie du public afro-descendant. Celle-ci résulte probablement d’une méconnaissance de la réalité des maladies éclaircissant le teint des personnes en souffrant couplée à la fréquence de ce phénomène comme pratique cosmétique chez les populations à peau noire du monde. Et si la réalité du vitiligo, qui toucherait entre O,5 et 2% de la population commence à apparaître aux yeux du grand public grâce à la médiatisation de personnalités comme Winnie Harlow, d’autres conditions -il est vrai plus rares- aux résultats similaires restent quasi totalement méconnues.

Comme Michael Jackson, Paula Edwards a été soupçonnée par ses fréquentations de s’être dépigmentée la peau et par là d’avoir cherché à renier son identité. En réalité, c’est tout le contraire. Cette mère de famille britannique âgée de 54 ans en août 2017 a ainsi déclaré à nos confrères du Daily Mirror ‘prier pour ne pas devenir totalement blanche’.

Diagnostiquée avec une phase terminale du cancer du rein en 2012, Paula Edwards a admirablement survécu à la maladie jusqu’à aujourd’hui. Après quatre opérations chirurgicales, le cancer s’est re-manifesté dans son pancréas et son colon, elle a entamé un traitement composé de comprimés de Votrient en 2016.

Paula Edwards

Paula Edwards avant son traitement de Votrient et sa fille Reccarnei Phillipson

Après quelques mois, elle réalise le changement de la couleur de sa peau sur l’ensemble de son corps. Au départ, le personnel de l’hôpital de Nottingham en Angleterre fut incapable d’expliquer la condition de sa patiente. Ce n’est qu’après avoir contacté des collègues aux Etats-Unis que sa condition lui fut expliquée. Bien qu’elle touche des personnes de phénotypes différents, c’est chez les Noirs qu’elle laisserait les marques les plus visibles.  Paula Edwards serait le premier cas recensé de ce type de condition après prise du Votrient.

Paula Edwards

Paula Edwards après prise du Votrient

 

De nombreux afro-descendants dans le monde seraient ainsi confrontés à ce type d’effets secondaires.  Dans l’espoir de pouvoir partager son expérience et bénéficier d’autres personnes dans son cas, Paula Edwards a contribué à la mise en place d’un groupe de soutien appelé Sista’s Against Cancer autour de femmes noires souffrant du cancer, mais bien évidemment ouvert à tous.

Bien qu’elle soit reconnaissante envers ses médecins d’être encore en vie, Paula Edwards regrette d’avoir perdu sa couleur de peau originelle et craint, d’après les estimations de ses médecins, de devenir totalement dépigmentée. Le signal le plus émouvant de cette possibilité se produisit lorsque sa deuxième fille Kimarhnei, âgée de neuf ans, lui dit « Tu ne ressembles pas à ma maman » après l’éclaircissement de sa peau.

Objet d’interrogations et d’accusations similaires à celles qu’a subi Michael Jackson, Paula Edwards exprime des sentiments identiques, déplorant son impression d’avoir ‘perdu son identité’.

La situation complexe, en somme, d’une victime ayant troqué à son insu son identité et sa fierté pour rester en vie.