POLITIQUE

URPANAF à Paris samedi 16 septembre pour « la révolution internationale anti-cfa »

Après l’affaire du billet brûlé, qui a finalement conduit à l’expulsion de Kemi Seba du Sénégal, le Front anti-Cfa  lance une nouvelle mobilisation internationale samedi 16 septembre. Un appel à « la révolution internationale anti-cfa ». 

Le 7 janvier 2017 marquait un tournant historique dans la  lutte contre le néocolonialisme, symbolisé par le Franc Cfa. En effet, cette date marquait celle d’un rassemblement unitaire international et surtout interafricain et diasporique pour mettre à bas cette monnaie, initié par Kemi Seba et son ONG Urgences panafricanistes. Frappée à Chamalières, en France, elle est distribuée aux états africains de la zone qui ne sont donc pas, soixante ans après les indépendances, totalement maîtres de leurs économies.

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Front anti-CFA : après la relaxe, le procureur de la République sénégalais fait appel

Ayant fait de cette question le fer de lance de leur combat, l’activiste, soutenu par de nombreux militants organise ces rencontres entre citoyens pour réfléchir, échanger et agir autour de la problématique d’un destin pour une Afrique émancipée. En dépit des derniers bouleversements judiciaires, qui ont d’abord conduit Kemi Seba face à la justice sénégalaise puis sur le territoire français après son expulsion précipitée, le Front anti-cfa revient samedi 16 septembre dans plusieurs villes et pays dont la liste s’allonge progressivement :

A Paris,

A Dakar, capitale du Sénégal, sur la place de l’obellisque où Kemi Seba avait brûlé un billet de 5000 fcfa, lors d’un rassemblement le 19 août dernier. Un lieu désormais symbolique où cette action l’avait conduit devant la justice, avant de l’expédier en France suite à une décision des autorités. Un rassemblement soutenu notamment par le collectif sénégalais « Y’en a marre » et nommé: « Noteel Bi dafa doy », en français: « Fini l’oppression ».

A Dusseldorf, en Allemagne, sur la place Martin-Luther. Elle sera animée par Enrico Taguebou, Valérie Tamo et William Baruk Wogia « en légitime défense après les propos du couple Macron-Ouattara. »

A Milan, en Italie. Le rassemblement sera rythmé par les interventions de Bitoa Pedenkil, Armel Tahang Noudem et Djeneba Bagayoko.

La ville de Cabrousse, en Italie également, suivra elle aussi le mouvement.

Londres, capitale britannique, où la diaspora s’est mobilisée depuis les premiers rassemblements, abritera également la mobilisation à Hyde park.