SOCIÉTÉ

Discrimination dans l’élection de Miss Brésil : vérité ou ‘victimisation’? (Courrier des Lecteurs #2)

Comme son nom l’indique, la rubrique courrier des lecteurs de NOFI servira à répondre à des questions pertinentes fréquemment posées à propos de NOFI, des sujets qu’il aborde et ses projets frères comme Noir & Fier, Negus ou Nofipedia. Ici, on répond à un internaute nous accusant de ‘victimisation’ pour avoir dénoncé la discrimination dans l’élection de Miss Brésil.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

Discrimination dans l'élection de Miss France
« Article très moyen sur fond de victimisation encore. Alors quelques précisions sur le Brésil. Contrairement aux idées reçues la population noire du Brésil est résiduelle de 4 a 6 % selon les estimations et très localisée. En dehors de l’etat de Rio et de Salvador on n y croise rarement d afro descendants. »
Faux, vous confondez Afro-descendants et Noirs. On peut être un métis afro-descendant ou être un Noir afro-descendant. Ce sont bien ces Afro-descendants, qu’ils se considèrent comme métisses ou Noirs qui constituent la majorité de la population du pays.
« C est un pays majoritairement métis avec une souche amérindienne très forte et après il y a la population blanche. » 
Je cite le dernier recensement de la population du Brésil (2010) qui mentionne que 50.7% de la population est soit métisse possédant des ascendants africains ( 43, 1%) soit noire ( 7,6%).  Que ces populations possèdent aussi des ancêtres amérindiens, ne fait pas moins d’eux des afro-descendants (c’est d’ailleurs le cas de la majorité des Noirs Américains et Caribéens).

« C est la politique de discrimination positive qui a involontairement faussé certaines statistiques puisque pour pouvoir avoir des facilités sur place des gens se trouvent des origines afro qu ils n ont pas (c est parfois cocasse comme situation) »

 Une nouvelle fois, ce que vous dites est faux. La politique de discrimination positive au Brésil a été mise en place au début des années 2000, notamment en 2002 avec les lycéens se destinant aux universités de l’Etat de Rio de Janeiro. Elle fait suite au recensement de 2000, selon lequel déjà 44,7% de la population se considérait comme afro-descendante. On ne peut donc pas parler de 88% des Afro-descendants se considérant comme tels à cause de politiques de quotas qui n’existaient pas encore. L’évolution de 44,7% en 2000 à 50,7% en 2010 n’a pas été expliquée par le ministère de l’égalité raciale par des volontés de frauder les quotas comme vous dites, mais par une revendication de la fierté de leurs racines africaines jusque là marginalisées. Et pour cause, bénéficier des quotas destinés aux afro-descendants est corrélé au phénotype. On ne se lève pas un beau matin en ressemblant à Thiago Motta, Leonardo, Maxwell ou Adriana Lima en bénéficiant avec succès de quotas destinés aux afro-descendants parce que l’on aurait une arrière grand-mère noire . Pour entériner cette politique, une loi a même déterminé que les bénéficiaires de quotas devaient avoir un phénotype afro-descendant pour bénéficier de quotas.
« Qu il y ait eu deux ou trois noires miss peut paraitre faible quoique…

Par contre, combien de métis (ce qui est la vraie identité du Brésil) ont été élue miss ? Si ce nombre était faible il y aurait eventuellement un manque de représentativité flagrant contre les métis. »

 Documentez vous : c’est bien à cette catégorie ‘afro-descendante’ (métis afro-descendant + Noir) que seulement 3 Miss sur 62 ont appartenu. On vous met au défi de faire une recherche google sur Miss Brasil en changeant le numéro de l’année jusqu’à la première édition en 1954 et d’y trouver, outre en 1986, 2016 et 2017 une femme n’ayant pas un phénotype autochtone d’Europe du sud ou du nord. Je ne parle même pas l’absence de phénotype métis blanc-amérindien.
Discrimination dans l'élection de Miss Brésil Discrimination dans l'élection de Miss Brésil
Discrimination dans l'élection de Miss Brésil
« Et puis au risque de décevoir les aficionados de la race pure qu on peut croiser sur cette page, la miss actuelle n a pas l air africaine totalement désolé…elle a l air un peu métisse un peu. Comme la majorité des gens au bresil en fait. »
Afro-brésilien ne signifie pas Noir à 100% ou même phénotypiquement similaire aux Noirs Africains du Congo, du Nigéria ou du Sénégal. Lorsque l’on dit que la majorité de la population est afro-brésilienne, on parle de personnes s’identifiant comme afro-descendantes qu’elles se considèrent comme ‘métisses afrodescendantes’ ou ‘noires’. Parmi cette catégorie, l’identification à la sous-catégorie de métis ou de Noir relève souvent du choix personnel. Beaucoup d’Africains du continent ne considéreraient pas Monalysa Alcantara comme une Noire mais comme une métisse : nombre de commentaires de nos internautes  l’ont fait remarquer. Pas parce qu’ils seraient des ‘aficionados de la race pure’ comme vous dites, mais que pour eux et pour leur culture, la catégorie ‘noire’ est définie différemment. Monalysa Alcantara se considère comme ‘negra=(noire)’ comme elle le dit dans la citation reproduite à la fin du texte incriminé. Lire notre ‘article très moyen sur fond de victimisation’ plus en détail vous aurait prémuni contre une telle erreur d’interprétation.