POLITIQUE

« Les congolais debout ! » de Sindika Dokolo, une alternative citoyenne pour le Congo ?

L’homme d’affaires et collectionneur milliardaire Sindika Dokolo lance le mouvement « Les congolais debout !». Une initiative qui veut permettre à chaque personne de  la société civile de participer à la redéfinition d’une nouvelle ligne politique pour la République démocratique du Congo.

« Les congolais debout ! », un nom plus qu’explicite qui traduit la démarche de Sindika Dokolo. Dans la présentation de ce mouvement qui se décrit comme apolitique, on peut lire :  « La République Démocratique du Congo continue de patauger dans une crise infinie et multiforme qui a plongé ses citoyens dans une misère indescriptible et dans un profond désespoir ». En effet, l’autorité du président actuel, Jospeh Kabila, est contestée depuis plusieurs années, après qu’il soit arrivé au pouvoir, succédant à son père et devant faire face à plusieurs crises. La question économique, celle du développement entre autres urgences et surtout la crise dans l’Est du pays sont autant d’enjeux que le chef de l’état peine à solutionner. Son bilan n’ayant pas convaincu et la contestation s’amplifiant, des personnalités politiques et civiles se sont élevées avec la volonté de reprendre le contrôle, notamment par la redéfinition d’une ligne politique plus transparente et plus soucieuse de l’ensemble du peuple congolais. Sindika Dokolo fait partie de ceux-là.

Isabel Dos Santos et son époux Sindika Dokolo
Crédit photo: Rdc Finance

Il y’a quelques mois, il se faisait connaître du grand public grâce aux réseaux sociaux, sur lesquels il exposait sa lutte pour la rétribution des oeuvres d’arts volées par les états d’Europe durant la colonisation. Pourtant, si son visage n’était pas familier jusqu’il y a peu, monsieur Dokolo est un riche notable qui a les moyens de sa politique.

Qui est Sindika Dokolo ?

Sindika Dokolo est un homme d’affaires et un amoureux de l’art qui détient l’une des plus grandes collections d’art africain contemporain. Fils d’un propriétaire de banques millionnaire et également collectionneur d’art africain, il grandit en Belgique et poursuit plus tard ses études en France. Engagé dans cette bataille pour la culture depuis l’adolescence, il bâtit la Fondation Sindika Dokolo dont l’objectif final est l’érection d’un centre d’art contemporain à Luanda, la capitale angolaise, qui en plus d’exposer les ouvres, serait un véritable incubateur de talents pour les artistes africains. La fondation soutient et promeut des festivals et des expositions à travers le monde. Grâce à cette institution, l’Angola a participé à la Biennale de Venise en 2007. En 2015, il a reçu la médaille du Mérite lors de l’exposition d’art contemporain « You love me, You love me not »par la mairie de Porto pour sa contribution. Sindika Dokolo est un militant des arts, à travers lesquels il aiguise sa lecture géopolitique du monde :

« L’Afrique d’aujourd’hui n’est pas l’Afrique d’il y a dix ans, encore moins l’Afrique d’il y a vingt ans. On a changé avec une telle vitesse que ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est de comprendre, dans le travail des artistes, comment l’Afrique se rapporte au reste du monde. Notre regard sur la question chinoise, qui est une question globale, est beaucoup plus pertinent et informé que celui des Européens par exemple. On dirait que l’Europe vient de découvrir que la chine va dominer le monde. » Sindika Dokolo pour Negus.

Basé en Angola depuis de nombreuses années, il y a épousé en 2002 Isabel Dos Santos, fille de l’ex-président de la république, qui régna sur le pays durant 37 années consécutives (1979-2017). Isabel Dos Santos est la femme la plus riche d’Afrique et, selon le magazine Forbes, la première milliardaire africaine. Elle forme donc un couple puissant et richissime avec Sindika Dokolo. Néanmoins, bien que les époux soient bien nés, ils ont toutefois eu à faire leurs preuves. Un point important qui semble participer à la crédibilité de l’image du collectionneur.

José Eduardo Dos Santos, Isabel Dos Santos et Sindika Dokolo
Crédit phot: Abidjan Show.net

L’émergence d’une alternative citoyenne

Alors que Moïse Katumbi semblait bien parti pour succéder à Joseph Kabila, l’ex-gouverneur du Katanga s’est retrouvé en disgrâce et les pattes coupées après la confiscation du scrutin. Aussi, de nouvelles forces politiques émergent de la société civile et du privé, come c’est le cas de Sindika Dokolo. L’ombre du doute plane néanmoins sur les intentions de ces hommes dont les mobilisations semblent parfois se préciser comme des campagnes électorales. Toutefois, Dokolo mise énormément sur le potentiel de la diaspora et des citoyens congolais afin qu’ils prennent part,  activement, à ce tournant. Le mouvement « Les congolais debout ! » se veut un projet neutre de toute orientation politique, par adhésion libre et gratuite. Une initiative qui reprend le modèle de certaines ONG telles que Human Right Watch qui jouent le rôle d’observateurs et de dénonciateurs de la corruption et des violations des droits de l’Homme. Car parmi ses missions, «Les Congolais debout !» propose :

  • Le respect de notre démocratie ;
  • Le droit des Congolais à choisir leur dirigeant conformément à notre constitution;
  • Le respect de nos libertés civils individuelles et collectives ;
  • L’attachement indéfectible de tous les congolais à l’unité nationale dans la paix.

Une démarche pragmatique portée et soutenue par cet habitué des hautes sphères. Surtout, une démarche impulsée par un africain préoccupé par l’avenir de son continent et attaché à son pays de naissance, la République démocratique du Congo. Une  mobilisation déjà rejointe par plusieurs centaines de jeunes congolais.

VOUS AIMEREZ AUSSI:

[Présidentielles africaines] Pourquoi les hommes d’affaires inspirent (plus) confiance

SK est la rédactrice/ journaliste du secteur Politique, Société et Culture. Jeune femme vive, impétueuse et toujours bienveillante, elle vous apporte une vision sans filtre de l'actualité.

Posts : 558