SOCIÉTÉ

L’Ethiopie décide de naturaliser près de 1000 rastafaris jusqu’alors sans nationalité

L’Ethiopie va attribuer des pièces d’identité à près de 1000 rastafaris. Pour certains présents depuis trois générations dans le pays, ils ne possédaient toutefois aucune nationalité.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

Cette situation les empêchait de quitter le territoire sans permis et d’y retourner sans visa. Le porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères Meles Alem s’est exprimé en ces termes auprès de nos confrères de l’Associated Press : « Dans le cas des rastafaris, nous avons trois générations de personnes résidant ici et qui se sont bien intégrées parmi nos citoyens. Mais malheureusement, ils n’étaient ni Caribéens ni Ethiopiens et étaient donc d’une certaine façon apatrides. Cette pièce d’identité servira à confronter ce problème.

Ras King, un membre de la communauté rastafari en Ethiopie s’est réjoui de cette décision. « Nous sommes très heureux parce que cela a confirmé notre foi en la vision de nos ancêtres pou une Afrique unie avec les Noirs de l’Occident. Comme c’est souvent le cas, l’Ethiopie a montré la voie au reste du continent en reconnaissant le mouvement rastafari » a-t-il déclaré.

La décision du gouvernement éthiopien ne concerne pas que les Rastafaris. Elle s’adresse aussi aux Beta Israel, les Israéliens d’origine éthiopienne et aux étrangers ayant accompli des actions d’importance pour la nation. Cette mesure ne permettra toutefois pas aux populations concernées de voter ou d’intégrer l’armée du pays. Cette dernière condition peut apparaître ironique, dans la mesure où parmi les premiers rastafaris à s’être installés en Ethiopie figurent des Noirs, souvent d’origine caribéenne s’étant vu attribuer des terres dans le sud du pays pour avoir combattu dans l’armée éthiopienne de Hailé Selassie lors de la seconde guerre italo-éthiopienne en 1935-1936. Nombre de rastafaris installés en Ethiopie en sont des descendants.