CULTURE

Champs-Elysée Film Festival: le film « Simeon » d’Euzhan Palcy diffusé en version restaurée 4K

Le 21 juin marque de façon annuelle le jour de la fête de la musique. Pourtant, chaque année on se pose la même question: où sortir ? Cette année, on vous propose un moment de grand cinéma avec le Champs-Elysée Film Festival, lors duquel vous pourrez découvrir pour la première fois la version restaurée en 4K du film « Siméon », de la réalisatrice Euzhan Palcy. Un événement à soutenir, d’autant que la cinéaste est la seule noire à figurer dans la programmation de cette édition, qui prend pourtant comme thème La Nouvelle Orléans. 

Euzhan Palcy est la réalisatrice du célèbre « Rue Case-Nègre ». A l’occasion du Champs-Elysée Film Festival, qui se tiendra le 21 juin prochain,, elle  sera présente pour une projection spéciale. En effet, pour la première fois, vous pourrez découvrir de façon inédite un autre de ses classiques: Simeon. Un film fantastique sorti en 1992, entièrement restauré en HD+, c’est-à-dire, en format 4K pour donner encore plus de réalisme à l’écran. Cette fiction marque un retour aux sources pour la réalisatrice martiniquaise.

Ce film musical et fantastique raconte l’histoire de plusieurs personnages, dont Simeon,  incarné par  Jean-Claude Duverger et Isidore, interprété par  Jacob Desvarieux. Vous l’aurez compris, l’intrigue tourne autour d’un double fictif du célébrissime groupe Kassav. Les deux personnages ont pour projet de révolutionner l’industrie de la musique en créant un nouveau style, inspiré de la culture locale, le zouk, et à dimension internationale. Pourtant, un événement tragique vient chambouler l’ensemble de leurs aspirations. C’est à ce moment que la petite Orélie, jouée par Lucinda Messager, entre en scène et nous fait découvrir son parcours à travers les Antilles. Une fiction réalité puisque le groupe mythique, Kassav, a impacté à jamais le monde de la musique, faisant danser en dénonçant et prenant fait et cause pour les voix sans écho. Dans son autobiographie parue en 1989, la légende du jazz, Miles Davis, a écrit que les trois artistes qui pour lui représentaient le futur de la musique seraient le nigérian Fela Kuti, l’américain Prince et le groupe carribéen Kassav. Une prophétie qui s’est apparemment réalisée.

Euzhan Palcy rend ici hommage à la culture antillaise. 25 ans plus tard, elle représente ce film, sur le lieu symbolique de ce qui est considéré comme la plus belle avenue du monde. Une version restaurée, qui offre aux spectateurs une nouvelle opportunité d’interroger le film, d’en débattre et de le partager avec sa créatrice. Une première nationale, programmée pour la fête de la musique et l’occasion de promouvoir la culture afro-carribéenne à travers les réalisations de ces communautés. Ce qui par ailleurs soulève un fait important. En effet, comme annoncé plus haut, le thème de cette édition du Champs-Elysée Festival Film est la Nouvelle-Orléans. Une ville emblématique de l’Etat de Louisiane, dans le sud des Etats-Unis, véritable terreau de la culture noire-américaine. Cependant, étrangement, Euzhan Palcy est la seule réalisatrice noire conviée à montrer son oeuvre. Aucun autre, pas même parmi les musiciens, ne sera de la partie, ce qui est quelque méprisant au vue de l’importance de cette terre dans l’histoire des Noirs, de la musique et des Arts.

Une raison de plus pour être au rendez-vous et soutenir cette production le 21 juin prochain,  à 19h30 au cinéma Publicis, salle 1 – 129 avenue des Champs Elysées.

Réservez vos billets ICI .

VOUS AIMEREZ AUSSI:

 

Cinewax Outdoors : le festival des cultures africaines à Paris le 22 juin