SOCIÉTÉ

Obésité: perdre du poids efficacement et durablement (1ère partie)

Nous mangeons trop. Nous mangeons mal. Et nous grossissons. À tel point qu’actuellement, peu de pays sont épargnés par le fléau de l’obésité. Cette catastrophe sanitaire s’est répandue à travers le monde, devenant une véritable pandémie. En 2014, on comptait 341 millions de personnes obèses dans le monde, soit un chiffre trois fois plus élevé qu’il y a à peine quarante ans.

Par Sandrine D./nofi.fr
L’obésité se définit comme un excédent de masse grasse entraînant des conséquences néfastes pour la santé. Elle est principalement due à l’adoption des moeurs occidentales , comprenant la consommation effrénée d’aliments industriels couplée à un mode de vie de plus en plus sédentarisé.

Pour estimer indirectement l’adiposité, on calcule l’Indice de Masse Corporelle (IMC) grâce à formule suivante: IMC = Poids/taille ². Grâce au calcul de l’IMC, on peut interpréter notre corpulence:

  • < 18,5            dénutrition
  • 18,5 à 24,9   poids normal
  • 25 à 29,9      surpoids
  • 30 à 34,9      obésité stade 1
  • 35 à 39,9      obésité stade 2 (modérée)
  • 40 et plus     obésité morbide (massive)

Par exemple, pour une personne mesurant 1,72m et pesant 65 kg, on calculera son IMC ainsi : 65/172 ² = 22kg/m². Elle est donc de poids normal.

Pour une personne mesurant 1,67 m et pesant 139 kg, IMC = 139/167 ² = 50kg/m². Cette personne est au stade d’obésité morbide (maladif).

Par convention, l’IMC moyen pour les hommes et les femmes est de 22kg/m(carré) .

Résultat de recherche d'images pour "obésité en afrique"
La prise de poids est la résultante d’une balance énergétique déséquilibrée. Cela signifie que nous absorbons trop d’énergie (calories) par rapport à ce que l’on dépense. L’énergie non dépensée (donc en excès) est alors stockée dans nos cellules graisseuses, les adipocytes. Leurs emplacements déterminent deux types de surcharge pondérale : l’obésité androïde, qui est prédominante sur la partie haute du corps (double menton, ventre proéminent, bourrelets dans le dos); et l’obésité gynoïde, prédominante sur la partie inférieure du corps (hanches, fesses et cuisses très développées). Mais quelque soit le type, des complications sont à craindre, même si elles apparaissent 15 à 20 ans après le début de l’obésité, et sont d’autant importantes que le surpoids est important . Ainsi sont répertoriés :

  • Les complications métaboliques dont la plus fréquente est le diabète de type 2. En effet, 80% des diabétiques de type 2 sont ou ont été obèses. Par ailleurs, le taux de lipides(mauvais cholestérol et triglycérides) dans le sang augmente, entraînant un épaississement sanguin.
  • Les complications cardiovasculaires et phlébologiques qui accroissent les risques d’hypertension artérielle, d’insuffisance cardiaque et d’insuffisance veineuse (responsable des « jambes lourdes », varices, phlébites et de l’embolie pulmonaire).
  • Les complications pulmonaires telles que le syndrome d’apnée obstructive du sommeil et la dyspnée d’effort (essoufflement important).
  • Les complications mécaniques qui entraînent le vieillissement prématuré des articulations, avec douleurs dorsales, arthrose,  hernies discales, et sciatique précoces. De plus, ces complications accroissent la sédentarité et rendent impotent.
  • Les complications digestives et endocriniennes qui sont responsables du reflux gastro-oesophagien (remontées acides) et de la stéatose hépatique (foie gras).
  • Les troubles cutanés tels que les mycoses, l’hypersudation et la macération des plis.

De plus, le risque de certains cancers (prostate, seins, colon, rectum, endomètre) est majoré, et le surpoids massif entraîne des difficultés lors d’une opération chirurgicale.

Par ailleurs, un surpoids important peut être très mal vécu sur le plan psychologique. Le regard réprobateur des autres, les moqueries, les discriminations à l’embauche peuvent entraîner un repli sur soi et un état dépressif.

Si votre surcharge pondérale vous amoindrit physiquement, ou si vous souffrez au point de vous replier sur vous-même en vous empêchant de vivre, alors il est temps de saisir le taureau par les cornes pour vous débarrasser de ce problème d’obésité. En seconde partie d’article, nous vous proposerons des conseils simples et efficaces pour y parvenir. Vos maîtres-mots devront être patience et détermination, deux moteurs psychologiques redoutables qui vous permettront de mener à bien votre processus d’amaigrissement.

Originaire de la Caraïbe, je suis une amoureuse de nos riches et fascinantes cultures noires. J'aime particulièrement conter nos belles histoires.

Posts : 64