POLITIQUE

Quand Gradur prend un élu FN en auto-stop

C’est une scène improbable qui s’est déroulée Jeudi 26 Janvier dernier entre le « Sheguey » du Rap Game et un élu du front national. En effet, en jouant le bon samaritain, Gradur n’avait aucune idée de la véritable identité de l’homme qu’il prenait en stop. Une « rencontre du 3ème type » qui a donné lieu à un pur moment de rigolade.

« Un truc de gue-din, un truc de gue-din« , c’est ce qu’aurait pu s’écrier le rappeur de Roubaix s’il avait su que le jeune homme qu’il a pris en auto-stop, jeudi dernier, n’était autre qu’Éric Richemoz, le Secrétaire départemental de la Somme et Conseiller régional FN des Hauts-de-France …

Eric Richemoz dans son bureau du Conseil Régional d'Amiens

Eric Richemoz dans son bureau du Conseil Régional d’Amiens

Nous aurions pu être privés de cette insolite rencontre si Wanani Gradi Mariadi, aka Gradur n’avait pas filmé la scène avec son téléphone et partagé ce moment sur Snapchat. Jeudi soir donc, le rappeur s’est arrêté sur la route pour prendre Éric Richemoz en auto-stop. Ce dernier souhaitait se rendre à Ablaincourt-Pressoir (Somme). « T’as pas peur de monter avec des noirs et des arabes ? » ironisera Gradur dès le début. Le ton était donné. S’ensuivra une déferlante de vannes bon-enfant dont Éric, rebaptisé « Godefroy » puis « Edouard », fera les frais. Voici la vidéo :

On peut entendre dans cette vidéo l’ambianceur, originaire de la République Démocratique du Congo railler le jeune élu FN en prétendant qu’il est le fils de Manuels Valls. Ce fut sans doute le débat politique le plus irréaliste de l’Histoire. Jugez plutôt :

Gradur : « Mais sinon ton papa là, quand il s’est pris la claque… »

Éric Richermoz  : « Je peux pas le saquer Valls. »

(…)

Éric Richermoz  : « Arrête de dire que c’est mon père, c’est mort. »

Gradur : « Ah gros, c’est pas grave. »

Éric Richermoz  : « Valls, il aime pas les arabes. Quand il est à Evry, il dit qu’il préfère les blancos. »

Gradur : T’as dit quoi ?

Éric Richermoz  : « Il y a les élections de la gauche dimanche. Il va se faire virer Valls. »

Gradur : « Tu penses ? »

Éric Richermoz  : « Je pense ouais. »

Au vue de la défaite cuisante de Manuel Valls au second tour de la primaire quelques jours après cet « échange », on pourrait dire que les propos du jeune frontiste était prémonitoires. Quoi qu’il en soit Gradur à réussi à « enjailler » son improbable passager sur du Arafat ainsi que sur ses propres sons. Il nous offre avec cette vidéo singulière ce  qui est sans doute le premier « Dab » d’un élu FN. Quand on vous dit que la musique adoucit les mœurs en voici la preuve…

Arrivé à bon port, c’est toujours dans la bon humeur et l’humour potache que le leader du « Sheguey Squaad »  lancera un « Voilà tu as illuminé notre journée », somme toute,  plus moqueur que sincère. Il le saluera in fine  sur la chanson « Ce n’est qu’un au revoir »… Les sympathisants du Front National apprécieront sûrement … Mais bon, Marion Maréchal Le Pen écoute bien du Youssopha, non ?

Néanmoins, le jeune élu frontiste n’a pas hésité à partager ce « bon moment » sur son compte Twiteer.

Sans titre

Éric Richermoz confiera plus tard au Courrier Picard ses impressions sur son trajet avec l’auto-proclamé « ennemi public N°1 » :

« Dans la voiture, les vannes ont fusé de part et d’autre ; c’était un bon moment. Je ne connaissais pas Gradur, le rappeur qui a publié la vidéo qu’il tournait en conduisant, et il ne me connaissait pas. J’ai découvert la suite sur internet, dit-il. (…) J’avais vu que Gradur filmait et diffusait sur Snapchat, mais je pensais que cela aurait été vu par quelques amis à lui. Je ne savais pas qu’il avait une telle audience. Nous avons bien ri pendant ce trajet, c’est un bon souvenir et cela se voit. »

Même s’il est peu probable que ce road-trip ait fait changer les positions de l’élu d’extrême-droite quant à l’immigration, il nous aura au moins donné une raison de sourire.

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.