POLITIQUE

Boko Haram : mais qui est ce groupe qui terrorise le Nigeria ?

Depuis 2009, Boko Haram a fait 32 000 morts, plus de 2 millions de personnes déplacées au Nigeria, au Tchad, au Cameroun et au Niger.
Le groupe islamiste avait suscité une vague d’émotion et d’indignation internationale en 2014 lorsqu’il avait enlevé 276 lycéennes à Chibok (Nord-Est du Nigéria). Le slogan #Bring back our girls avait été crée en soutien aux victimes. Mais qui est réellement ce groupe terroriste ? Comment fonctionne t’il ? Par qui est il financé ? 

Boko Haram: qui se cache derrière cette organisation ?

Boko Haram de son vrai nom « Jama ata Ahul Sunna Lidda awati wal Dijihad » est le résultat de la contraction de deux mots, Boko du diminutif « book », qui signifie livre en anglais et « haram » qui veut dire « interdit » en arabe. Boko Haram voudra donc dire « rejet d’un enseignement perverti par l’occidentalisation » ou « l’éducation occidentale est un péché ».

Au Nigéria, Boko Haram succède à d’autres groupes nés dans les années 1970 comme la mouvance Maitatsine crée sous l’égide de Muhammad Marwa tué en 1980 pendant des affrontements avec l’armée. Maitatsine est l’une des mouvances islamiques qui prônaient une application sévère de la charia et qui ont frayé un chemin à Mohamed Yusuf, chef spirituel de Boko Haram. Mohammed Yusuf commence à se faire connaître en 2000 lorsqu’il reprend la cause islamique radicale et anti-occidentalisme. « Mohammed Yusuf considère que l’école occidentale détruit la culture islamique et conquiert plus sûrement la communauté musulmane que les croisades. Il en condamne tout à la fois la mixité des sexes, le relâchement des mœurs, la corruption des valeurs traditionnelles, l’utilisation du calendrier grégorien… et la pratique du sport, qui distrait de la religion. En conséquence de quoi, il demande à ses fidèles de renoncer à fréquenter les établissements privés d’inspiration occidentale et les écoles publiques nigérianes héritées du système colonial britannique », explique Marc-Antoine Pérouse de Montclos, le spécialiste du Nigeria.

Implanté à Borno -un état très pauvre au nord-est du Nigeria-, où le taux de scolarisation est inférieur à 5%, Boko Haram possède une école fondée par Mohamed Yusuf en 2003. Cette école attire beaucoup d’analphabètes et d’élèves musulmans du nord du pays qui sont des futurs membres de Boko Haram. En juillet 2009, à la suite d’une fusillade qui avait causé la mort d’au moins 1 000 personnes, Mohamed Yusuf avait été tué par la police en pleine rue, menottes aux poignets. C’est Abubakar Skekau, ex proche du défunt qui devient la meneur du groupe terroriste. Abubakar Skekau est l’un des terroristes les plus recherchés par le gouvernement américain. Les américains ont promis une récompense de 7 millions de dollars a été promis à toute personne qui aiderait à le localiser.

Abubakar Shekau, chef de Boko Haram

Abubakar Shekau, chef de Boko Haram

Comment fonctionne le groupe ? 

Jusqu’en 2009, le principal ennemi de Boko Haram étaient les musulmans qui selon eux appliquaient mal la charia. Mais une fois qu’ Abubakar Skekau a pris le pouvoir, le groupe islamiste a changé de cible. Il a commencé à attaquer les chrétiens, la police et les militaires. En mars 2015, Abubakar Skekau fait allégeance à l’organisation Etat islamique (EI). C’est ainsi qu’en avril 2014, le groupe terrroriste enlèvera 276 lycéennes et le chef de la bande déclarera : « J’ai enlevé vos filles. Je vais les vendre au marché pour qu’elles soient traitées en esclaves et mariées de force. »  

Du côté des munitions, deux armes sur cinq trouvées sur les combattants de Boko Haram sont de fabrication française. Ces armes avaient été livrées par les réseaux français autour du lac Tchad et saisies par l’armée camerounaise le 11 février 2016. Environ « 40% des armes saisies par les forces armées du Tchad aux combattants de Boko Haram sont de fabrication française« , avait annoncé Hassan Sylla Ben Bakari, le ministre tchadien de la communication, en visite au Cameroun le 5 mars 2015. « Mon pays montre ces images et continuera de les montrer afin que ceux qui les fabriquent sachent que ces armes ne se retrouvent pas là où elles doivent l’être« , avait ajouté le ministre.

Paris avait répliqué  par la voix de son ambassade à Yaoundé, « La France exerce un des contrôles les plus stricts au monde sur ses ventes d’armements. Selon plusieurs rapports, une grande partie des armes de Boko Haram a été prélevée à l’armée nigériane, une autre provient de trafics illégaux dans la région, explique le communiqué. La lutte contre les trafics d’armes dans la bande sahélo-saharienne fait partie des objectifs de l’opération Barkhane, menée aux côtés des forces tchadiennes, nigériennes, maliennes, mauritaniennes et burkinabé. »

Outre la déclaration du ministre tchadien, en juin 2011, la France était le quatrième exportateur d’armes dans le monde -livraison d’armes aux rebelles libyens pour combattre Kadhafi-.

Quelques armes saisies des mains de Boko Haram

Quelques armes saisies des mains de Boko Haram

Par qui est il financé ? 

En 2015, le département américain du Trésor avait indiqué que Boko Haram recevait le soutien financier d’Al- Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Une information qui avait été confirmée par la découverte de clés USB avec à l’intérieur deux lettres de l’émir d’AQMI adressées à Abubakar Shekau. La prise d’otage, le braquage de banque, les escroqueries sur internet, le vol des populations et les taxes sur les impôts dans certaines contrées dans lesquelles les terroristes sont implantés sont des moyens qui permettent aux insurgés de la secte islamique de financer ses actions. Selon, le quotidien britannique The Week, Boko Haram a reçu environ 3,15 millions de dollars américains (l’équivalent de 1,5 milliard de francs CFA) comme rançon de la part des négociateurs français et camerounais pour la libération de la famille Moulin- Fournier en avril 2013.

Aujourd’hui même si les hommes de Boko Haram qui d’après la CIA seraient plus de 3 000, continuent de terroriser les populations du Nigéria, le président nigérian, Muhammad Buhari soutenu par ses confrères du Cameroun, Tchad et Niger est bien décidé à en finir avec le groupe.

Retrouvez ce soir sur Arte, un documentaire du réalisateur Xavier Muntz sur les origines de Boko Haram.

4921623_7_bb12_le-30-avril-2014-des-femmes-manifestent-a_519adfe53fae0b90deb871ccc4559715

Source : investigaction*

Passionée par l'écriture, la beauté et la mode, toujours dans l'idée de promouvoir l'excellence noire, j'ai décidé de créer une page Facebook (Jalia), dédiée à la femme.

Articles : 116