POLITIQUE

Emeutes à Baltimore : Barack Obama exhorte la police à faire le ménage dans ses rangs

Pour la première fois, le président américain Barack Obama s’est exprimé sur les violences policières envers les Afro-Américains. Au cours d’une conférence de presse, le locataire de la Maison Blanche a apporté son soutien à la famille de Freddie Gray, décédé le 19 avril suite à une arrestation musclée à Baltimore, et exhorté les forces de l’ordre des Etats-Unis à faire le ménage dans leurs rangs.

Barack Obama en appelle à « un examen de conscience » dans tout le pays. Mardi, le président américain s’est exprimé pour la première fois sur les violences policières envers les Afro-Américains. Au cours d’une conférence de presse avec le premier ministre japonais Shinzo Abe, le locataire de la Maison Blanche a d’abord apporté son soutien à la famille de Freddie Gray, décédé le 19 avril suite à une arrestation musclée à Baltimore (nord-est).

Puis, le premier Noir président des Etats-Unis a déroulé un « réquisitoire ». Les émeutiers doivent être traités « comme des criminels », dit-il et de reconnaître « une longue crise larvée » débutée en août 2014 avec l’affaire Ferguson. A ses yeux, il y a bien une relation « trouble » entre la police américaine et la communauté noire. Et d’exhorter les forces de l’ordre à faire le ménage dans leurs rangs, en appelant à « un examen de conscience » dans tout le pays. Même s’il assure qu’ « il y a rien de nouveau et personne ne doit prétendre que ça l’est ».

« Je ne voualis pas que mon fils soit un nouveau Freddie Gray »

Depuis le décès de Freddie Gray, jeune homme noir de 25 ans, les habitants Afro-Américains de certains quartiers de Baltimore descendent régulièrement dans la rue pour affronter la police dans des échauffourées violentes. La vidéo d’une mère de famille, de six enfants, en train de frapper son garçon de 16 ans qui manifestait avec un masque au milieu des émeutiers, a fait le buzz sur les réseaux sociaux.

Interrogé par la chaîne CBS News, Toya Graham déclare : « Je n’ai pas pensé aux caméras. C’est mon seul fils et je ne voulais simplement pas, qu’à la fin de la journée, il soit un nouveau Freddie Gray. » « J’étais choquée et en colère », dit-elle et de poursuivre : « Vous ne voulez jamais voir votre enfant faire ce genre de choses. Il y a des jours où je l’enferme à la maison mais je sais que je ne pourrai pas le faire toute ma vie. » « Ceux qui me connaissent savent que je ne rigole pas avec ça », indique-t-elle. « Il savait qu’il était mal. Il m’a dit que son réflèxe en m’apercevant avait été de courir », conclut-elle.

Rappelons les affaires de violences policières qui ont marqué les esprits aux Etats-Unis entre 2014 et 2015 : Freddie Gray (Baltimore), Tamir Rice (Cleveland), Eric Garner (New-York) et Michael Brown (Ferguson).

Journaliste-reporter, cool et branché. La politique est mon dada. J'aime aussi : la culture, les Etats-Unis, le PSG, l'électro et la mode. Je suis un épicurien qui croque la vie à pleine dent. "Je ne suis pas là pour plaire ou déplaire, mais pour porter la plume dans la plaie" (Albert Londres).

Articles : 293