ECONOMIE

[DIASPORA] Rencontre avec Paul-Marius, président de l’association AFRETIS

Depuis un peu plus de deux ans, une association mène un combat « pour la fédération et la synergie du réseau professionnel afro » sous la direction de son président Paul-Marius NKENG. NOFI lui donne aujourd’hui la parole.

NOFI : C’est quoi AFRETIS ? Une n-iène association africaine sur un « terrain » associatif déjà bien saturé ?

PM : Afretis est la contraction de deux mots, Afro, notre essence, et retis, signifiant réseau en latin.

Nous sommes une jeune association dont la cause se définit assez simplement: éveiller les consciences sur la nécessité de travailler ensemble, dans le but de développer des opportunités business. Tout ceci pour mieux: Build Your Network, Build Your Future.

Notre valeur ajoutée réside en quelques points, notre nouveau programme baptisé

LEARN – GROW – SHARE

Ce programme  répond à plusieurs problèmes de notre cible: visibilité, accompagnement, suivi, inspiration, reconnaissance !

En effet, nous posons une question à laquelle nous essayons de répondre de la façon la plus complète pendant un cycle à travers divers événements, et nous livrerons un livre blanc à la fin du cycle, qui servira de référence à qui voudrait se lancer dans le domaine étudié. Cette année nous avons retenu le thème:

“MADE IN AFRICA : Quelles perspectives d’avenir ?”

Ainsi, les différents acteurs de ce domaine peuvent s’y retrouver et contribuer à la construction de ce livre blanc: Branding, Marketing, Distribution, Communication, Mutualisation des ressources, etc… Nous proposons à ces acteurs de la communauté, de pouvoir échanger entre eux, accompagner ceux qui n’auront pas la technique, conseiller et bien au-delà. Tout ceci pour pouvoir ainsi supporter une économie prometteuse. L’entraide et la solidarité sont nos maître mots, pour que tous ensemble nous puissions avancer dans la construction de cette Afrique.

Le deuxième point très important de notre action, est le désir de fédérer et de le dire clairement dans notre communication auprès d’autres structures panafricaines. Nous voulons que tous ensemble, nous puissions parler d’une seule voix et garder la même dynamique. C’est pourquoi nous sommes porteurs d’un projet de fédération, autour de projets où tout le monde trouverait son compte. Notre vision panafricaine montre notre ouverture et notre désir de traverser les clivages ethniques, car la construction de cette Afrique est l’affaire de tous. La communauté a des besoins, et nous devons faire de notre mieux pour y répondre.

INSIDE_AFRETIS

 

Nous avons choisi d’avoir une orientation socio-économique, car nous pensons que c’est avec l’économie que nous marquerons ensemble notre évolution, et sociale car cette idéologie c’est avant tout de l’humain.

NOFI : Concrètement, comment cette entraide/synergie s’incarne-t-elle ?

PM : Il faut savoir que le désir de fédération ne date pas d’hier. Nous ne sommes pas la première génération à vouloir le faire. Le gros problème qui revient le plus souvent est une question de paternité des projets, ce qui fragilise la pérennité de ces derniers.

Alors, au sein d’Afretis, nous avons décidé de travailler ainsi: Contacter la majorité des structures sur la scène associative, et leur apporter le maximum de soutien pour qu’elles comprennent bien que cette entraide et cette solidarité ne sont pas que des mots. J’en veux pour exemple le soutien que nous avons pu apporter à l’ABC pour la mise en place du gala de leurs 10 ans, le fait d’inspirer et de conseiller de jeunes structures telle que SIMOF dans l’élaboration de leur plan d’action, et bien d’autres. De par notre présence à leurs événements, nous montrons une fois de plus notre soutien, ou encore le relais des informations via nos différentes plateformes, qui est aussi en soit un échange de bons procédés.

Au delà de cela, nous avons initié avec un noyau dur de structures, un projet de fédération des structures panafricaines de la scène parisienne, afin de réfléchir à la mise en place de projets fédérateurs qui permettraient d’avoir la même dynamique et de parler d’une seule voix au plus grand nombre. Avoir une vraie union. Les premiers éléments qui sont ressortis des différentes rencontres que nous avons faites sont principalement un partage de calendrier, la mise en place d’une plateforme de co-communication et le choix de deux projets à porter tous ensemble qui répondront à des problèmes concrets de notre cible.

De plus, une vision plus micro de cette entraide est le soutien que nous apportons aussi directement aux personnes qui viennent vers nous pour les aider à trouver des stages, rédiger des C.V ou des lettres de motivation. Nous mettons aussi en relation des personnes et des entreprises avec des offres d’emploi sur le continent, ou encore la mise en relation avec d’autres acteurs de la scène africaine pour des opportunités business. Je peux citer par exemple la marque Make Me proud que nous avons accompagnée pour son 1er défilé, des stagiaires que nous avons pu accueillir au sein de notre association sur des aspects marketing ou communication, ou encore notre partenariat avec l’entreprise Careers In Africa, spécialisée dans l’intégration de talents africain dans les entreprises présentes sur le sol africain.

Il est aussi important de noter les collaborations qui ont pu naître suites à des rencontres à nos évènements: Le chef est une femme et Thacrunch pour travailler sur la communication.

Kirk Bayama et Totem TV qui ont collaboré suite à leur rencontre au Speed Afretis #2, ou encore avec l’ABC rencontré par notre réseau.

NOFI : Dans le cadre de vos activités, vous organisez « le Gala Exception » au Salon Vianney à Paris. De quoi s’agit-il exactement et quel est le programme que vous proposez à cette occasion ?

PM : Notre ambition est de faire du GALA EXCEPTION, le GALA de toute la jeunesse de la diaspora africaine. Nous voulons qu’à l’avenir, toutes les associations et les personnes intéressées par ce combat panafricain puissent se joindre à nous pour célébrer les réussites de la communauté. Nous les invitons à travailler avec nous et tous nos partenaires, pour que, comme sur le modèle de nos aînés du Gotha Noir par exemple, nous puissions avoir notre événement phare dans l’année qui pourra célébrer l’excellence des jeunes « DOERS* » de la diaspora, et nous faire rayonner.

Ce gala sera un dîner d’affaire parrainé par Adama Paris, fondatrice de la Black Fashion Week (BFW), et le magicien du désert, Alphadi, fondateur du Festival International de la Mode Africaine (FIMA), avec la participation de notre partenaire de ce cycle, Nelly Wandji fondatrice de la vitrine de créateurs MoonLook et Sara Coulibaly de la marque MyMiry,  qui imagine pour la femme des chaussures contemporaines, ethniques, colorées.

Il sera question ici de faire comprendre à tous les invités qu’ils sont des acteurs de la construction de cette Afrique que nous savons belle, forte, riche et engagée. Nous avons un message à faire passer au travers de notre programme: LEARN – GROW – SHARE, qui les invitera aussi à nous rejoindre dans notre action et faire encore plus tous ensemble pour le rayonnement de notre continent, donc de notre communauté ! Ce sera l’occasion aussi pour notre audience de découvrir des acteurs du continent tel que Jessy Carlton, fondateur de Carlton Smile Charity, qui prendra la parole ce soir là.

AFFICHE_GEIV

 

Ce gala sera en 2 parties. La première partie sera un dîner d’affaires, commençant à 19h. Des intervenants qui discuterons de la question du MADE IN AFRICA, en rappelant bien à chacun des invités qu’il est aussi un acteur de cette démarche panafricaine et en l’invitant à aller encore plus loin dans sa démarche, en échangeant avec ses voisins, et en concrétisant ainsi des rencontres en opportunités business, ou simplement en rendez vous. Pour faciliter cette communication, les membres de l’association se chargeront d’introduire les invités, avec un plan de table qui sera défini en amont pour nouer plus facilement les dialogues. Mais aussi, pour pouvoir avoir des retours concrets des échanges entre les invités.

De plus, ce dîner d’affaires sera ponctué d’un chanteur soul à la guitare au moment du plat principal et d’un humoriste au moment du dessert pour finir sur une touche plus relaxante. Ce qui nous amènera à la deuxième partie de ce gala, le bal dansant animé par DJ MASTA jusque 5h du matin.

En résumé, une bonne soirée, UTILE et agréable. RDV LE 10 MAI, les places sont déjà en vente ici: GEIV AFRETIS et vous y trouverez aussi le programme détaillé et les noms des intervenants.

NOFI : Quels sont vos prochains projets ?

P.M : En terme de projets, nous voulons que cette plateforme plurielle pour fédérer les structures soit rapidement effective, que nous puissions nous pencher sur l’exécution de nos missions: accompagnement des étudiants avec la semaine de l’étudiant de l’ADEM France, ou encore la canalisation des capitaux de la diaspora pour financer des projets sur le sol africain

Voilà les grand projets que nous avons, au delà du programme LEARN – GROW – SHARE qui est plus imminent, avec la confection de son livre blanc et la planification de notre immersion sur le terrain au près des artisans du MADE IN AFRICA.

Le Gala Exception du 10 mai prochain, servira d’annonce officielle de tout notre programme de l’année. L’échéance suivante est un atelier expo-vente sous forme d’incubateur. Une journée entière pour confronter non seulement les jeunes créateurs, mais aussi les confirmés, et aussi amener des professionnels du métier à coacher ceux qui se lancent. Nous vous tiendrons rapidement informés de la date précise. Avec les autres événements des mois de mai et juin, il ne faudrait pas créer d’embouteillage et diluer notre message.

Enfin, construire une interface qui permettra d’automatiser et suivre de manière plus fiable le système de “networking” qui est notre leitmotiv. Car n’oublions pas: Build Your Network, Build Your Future.

NOFI : Comment peut-on vous aider, vous soutenir ?

P.M : Pour nous aider et être encore plus des acteurs de cette dynamique de la construction de notre continent, vous pouvez nous rejoindre. Pour ce faire, nous avons deux statuts:

Adhérents/sympathisants: vous pouvez nous rejoindre contre une cotisation annuelle, offrant des réductions sur certains de nos évènements. Ainsi, sur des projets précis, vous pourrez donner un peu de votre temps pour mettre en place des éléments de notre stratégie de développement. Ainsi, si vous avez des compétences à valoriser, une expertise, peu importe le domaine, ou un projet porteur pour la communauté, vous pouvez être responsable de ce projet et le valoriser au près de la communauté. Ce programme sera présenté avec plus de précision lors du Gala Exception IV du 10 mai prochain.

Membre actif: Les différences entre un membre actif et un adhérent sont principalement le droit de vote et le montant de la cotisation annuelle, qui ici offre la gratuité à tous les événements de l’association.

Bien sûr, toute contribution est la bienvenue, aussi bien financière qu’humaine. Ne serait-ce que « liker » notre page Facebook et la partager, suivre notre compte Twitter pour relayer notre actualité, ou encore s’abonner à notre Newsletter via notre site internet: www.Afretis.net pour avoir les dernières informations par mail de notre action et de nos projets. En gros, être des ambassadeurs d’Afretis à part entière et participer aux événements que nous organisons et en parlant autour de vous de cette jeunesse dynamique qui OSE et qui FAIT les choses!

NOFI : Quel regard portez-vous sur la diaspora africaine en 2014 ?

La diaspora africaine en 2014 est de plus en plus consciente qu’elle n’est plus un simple spectateur de cette construction de l’Afrique, mais bien un acteur important de cette dynamique. Tant par ses connaissances techniques que par sa force financière. Nous avons de jeunes entrepreneurs ultra talentueux qui orientent leurs actions vers la promotion du continent africain. Des acteurs qui veulent que le regard porté par le monde entier soit le même que le nôtre qui sait que notre Afrique est BELLE, RICHE et FORTE et que ses enfants le sont tout autant, peu importe leur lieu de résidence.

En revanche, nous avons encore beaucoup de travail pour éveiller les consciences du plus grand nombre sur cette nécessité de travailler ensemble. Ce proverbe africain est plus que jamais d’actualité: “Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin.”

Alors, que la diaspora prenne encore plus ses responsabilités d’acteur de la construction du continent. Elle doit favoriser une économie africaine, en composant avec ceux sur le continent qui ont l’avantage du terrain, et apporter les “best practices” d’autres communautés à travers le monde. Nous devons nous adapter rapidement et rattraper notre retard sur l’échelle moderne du développement, et ce ne sera possible qu’avec le concours de tous et une vraie vision panafricaine des défis à relever.

NOFI : Un dernier mot pour les lecteurs de NOFI ?

P.M : NOFI, tout est dit dans le nom, NOIR & FIER de l’être. Si nous devons travailler comme des “esclaves” pour REDEVENIR des rois, alors c’est un moindre mal et n’oublions pas chers lecteurs NOFI, “Construire son Réseau, c’est Construire son Futur”, rendez-vous le 10 mai à Paris pour le GALA EXCEPTION par AFRETIS.

Afretisement vôtre.

photo (1)

 

Paul-Marius NKENG BAKOUYACK

Président AFRETIS : 2013 – 2014

Ne ratez rien de l'actualité Afro.

Inscrivez-vous à notre newsletter