CULTURE

Le Soudan du Sud va enseigner le swahili dans ses écoles

Avant l’adoption du swahili comme une de ses langues officielles, le gouvernement du Soudan du Sud s’apprête à l’enseigner dans les écoles de son pays.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

A cet effet, le vice-président sud-soudanais Taban Deng Gai a exprimé le souhait de son gouvernement de faire venir des enseignants de la langue de Tanzanie. La langue swahili, originaire de la cote du Sud-Est de l’Afrique partagée entre les territoires de la Tanzanie et du Kenya s’est depuis largement diffusée dans le reste de l’Afrique centrale et orientale, étant notamment utilisée comme une langue nationale de la République Démocratique du Congo.

Le Soudan du Sud, bien que situé en Afrique de l’Est, ne connait pas de communautés locutrices de cette langue. Dans sa constitution par intérim de 2005, l’arabe et l’anglais étaient langues officielles du Soudan du Sud. L’Etat nouvellement indépendant en 2011 abandonna l’arabe, langue de l’ancien ‘oppresseur’ nord-soudanais et garda l’anglais comme unique langue officielle. S’éloignant du monde arabe, le Soudan du Sud a aussi choisi de se rapprocher des Etats est-africains. En 2016, il rejoignait la Communauté Est-Africaine. Ses trois pays fondateurs, la Tanzanie, le Kenya et l’Ouganda ont établi en 2007 que les pays membres devaient adopter le swahili comme langue officielle.

Dans leur processus d’apprentissage du swahili, beaucoup d’élèves sud-soudanais pourront compter sur leur connaissance de variétés de l’arabe. Cette langue ayant en commun de nombreuses racines avec le swahili, cet apprentissage pourrait n’en être que plus rapide.