USA : Cette fille d’immigrés africains a été admise dans 11 écoles de médecine

Lily Zerihun

Lily Zerihun, une résidente de Greensboro en Caroline du Nord, a été acceptée dans un nombre impressionnant de 11 écoles de médecine et pas des moindres.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

Ëtre admis dans une école de médecine aux Etats-Unis n’est pas chose aisée. Alors que la plupart des candidats retenus ne sont généralement acceptés que dans une ou deux écoles, la plupart de ces dernières recrutent moins de 10% des candidats.

Lily Zerihun

Lily Zerihun

C’est donc un véritable tour de force qu’a réalisé Lily Zerihun en étant admise dans onze de ces écoles. La jeune femme, née en 1994, est sortie diplômée de l’Université de Duke en Caroline du Nord, en 2016 avec une excellente moyenne de 3,93 sur 4. Elle a ensuite été acceptée dans toutes les écoles de médecine de Caroline du Nord, de Mount Sinai à Chicago, d’Emory à Atlanta, de la New York University et de l’Université de Columbia à New York. C’est sur cette dernière que Zerihun a jeté son dévolu en raison de « la solidité de son programme global de santé ».
A la sortie de cette école, Lily Zerihun espère devenir un médecin exerçant au profit des plus démunis. Cette vocation, elle l’a notamment acquise par ses voyages d’étude en se rendant en Ethiopie, en Haïti et en Inde.

Fille d’un chimiste et d’une comptable éthiopiens immigrés aux Etats-Unis peu avant sa naissance, elle a tenu à rendre hommage à son héritage lors de l’obtention de son diplôme. On ne peut que l’en féliciter:

« 70% des femmes éthiopiennes ne savent pas lire. Alors pourquoi moi? Je détiens ce diplôme et je sens qu’il existe sur terre une femme sans voix et sans pouvoir qui le mériterait plus que moi. Je sens le poids de mon souhait d’utiliser ce diplôme pour elle, bien qu’intimidée par la magnitude de l’inégalité sociale.

Ma grand-mère n’aurait jamais pensé que sa petite-fille serait diplômée en sciences, ingénierie, technologie et mathématiques. Ma grand-mère n’a jamais été à l’école. Il y a environ soixante ans, on l’a forcée à se marier enfant dans l’Ethiopie rurale.Elle a fui son mari et a envoyé son fils (mon père) pour terminer son éducation ailleurs parce que son village n’avait pas d’école appropriée. La seule vie qu’elle imaginait pour elle et probablement pour ses descendants comme moi, était de se marier et mourir sans aucun pouvoir. Mais elle a brisé les barrières de la pauvreté et a montré la voie à ses enfants pour qu’ils réussissent. Je me sens humble entendant ses histoires et en lui disant que j’ai été diplômée dans le top 5% de ma classe avec un diplôme en biologie de Duke.  Ces titres et récompenses sont vides, mais les barrières qu’elle a brisées pour que je sois là, les choses pour lesquelles je peux utiliser ces titres en faveur des personnes sans voix sont vraiment là où je sens vraiment que j’ai fait quelque chose d’important. Mais ma grand-mère n’aurait jamais imaginé que la vie pouvait conduire à cela.  

Beaucoup de personnes disent que les gens qui me ressemblent sont incapables. Le monde me dit que les Africains sont les plus inférieurs, ou que les femmes noires ne sont pas compétentes en science. A tous ces gens : nous sommes compétents, nous sommes capables. « 

 

Lily Zerihun

A propos de l'auteur :

Sandro CAPO CHICHI

a écrit 614 articles sur NOFI.FR.

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Inscrivez-vous à la newsletter NOFI

* Champs requis
Vous êtes

Faire un don pour NOFIPEDIA

Faites un don

Pub full screen

Recherche NOFI