La Gambie : le premier pays d’Afrique sub-saharienne à éradiquer le paludisme?

paludisme

Après des résultats spectaculaires dans la lutte contre le paludisme ces dernières années, la Gambie espère devenir le premier pays d’Afrique subsaharienne à éradiquer cette maladie.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

Selon le Programme National de Contrôle du Paludisme (NMCP), le plasmodium, le parasite à l’origine de la maladie était présent en 2016 chez 0,2% des enfants de moins de cinq ans en Gambie. Cette statistique est encourageante dans le mesure où en 2011, ce taux s’y élevait à 4%.

De même, 155450 cas de paludisme ont été rapportés en Gambie en 2016 contre 262000 en 2011.

Bien que ce déclin de la maladie soit spectaculaire, son éradication du pays serait la partie la plus difficile du combat. C’est en tous cas l’opinion de Balla Kandeh, le président du NMCP. S’exprimant auprès de nos confrères de Reuters, Kandeh a exprimé sa crainte que le déclin dans les dons pour lutter contre la maladie entraîne une résurgence de celle-ci:

« Cette dernière ligne droite est la plus difficile-nous avons besoin de davantage de soutien afin de confirmer les résultats auxquels nous sommes parvenus, cependant, les donateurs ont tendance à se désintéresser [de notre cause] comme le nombre de cas diminue considérablement. »

Invitant les donateurs à renouveler leur aide pour lutter contre le paludisme en Gambie, Kandeh a vanté la stabilité retrouvée du pays depuis l’arrivée au pouvoir du Président Adama Barrow début 2017. Son élection avait mis un terme aux vingt ans de présidence de Yahya Jammeh.

Une étude dirigée par le Dr Michael Head de l’Université de Southampton a montré que la Gambie ne faisait toutefois pas partie des tous premiers bénéficiaires de financements pour la recherche contre le paludisme puisqu’il s’agirait de la Tanzanie, du Kenya, de l’Ouganda, du Malawi et du Ghana. Les pays les moins financés à cet effet seraient le Tchad, le Congo et la République Centrafricaine en Sierra Leone ou en Mauritanie.

La Gambie espère mettre fin à la maladie d’ici 2020. A l’échelle du continent, l’objectif de l’ALMA, (l’Alliance des Dirigeants Africains contre le Paludisme) serait d’éradiquer ce mal d’ici 2030.

Le challenge reste toutefois de taille, le paludisme tuant toujours environ 430000 personnes par an, la plupart de ces victimes étant des enfants d’Afrique subsaharienne. Les moustiques propagateurs de la maladie deviendraient de plus en plus indifférents aux médicaments et aux moustiquaires.

Le premier vaccin contre le paludisme en Afrique pour 2018

 

 

A propos de l'auteur :

Sandro CAPO CHICHI

a écrit 614 articles sur NOFI.FR.

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Inscrivez-vous à la newsletter NOFI

* Champs requis
Vous êtes

Faire un don pour NOFIPEDIA

Faites un don

Pub full screen

Recherche NOFI