MAKANDAL SPEAKS

Quand Samuel Eto’o recadre Bernard Tchoutang

Reçu sur le plateau de l’émission « Le Vestiaire« , le 21 juin 2017, sur la chaîne SFR Sport 1, l’ex international camerounais, Bernard Tchoutang évoquait la Coupe d’Afrique des Nations 2000. Sur le plateau, il  a accusé Samuel Eto’o fils d’avoir marabouté l’un de leur coéquipier. 

Par Franswa Makandal pour Nofi.fr

En présence de William Gallas, d’Emmanuel Petit, et de Franck Leboeuf, le footballeur camerounais Bernard Tchoutang, originaire de Yaoundé, a prétendu que Samuel Eto’o, qui est certainement l’un des meilleurs footballeurs de sa génération et l’un des meilleurs joueurs africains de tous les temps [1], aurait jeté un sort à Joseph Desiré Job pour prendre sa place lors de la CAN 2000 :

« Nous avons joué trois matchs avant la compétition. Le trio d’attaque été constitué de moi, Patrick Mboma, et Joseph Desiré Job. Samuel Eto’o ne jouait pas (…) On était arrivé au Ghana, et la veille du premier entraînement, on avait un rituel. Tout le monde se retrouvait à la réception et on devait tous se serrer la main (…) C’est là que Samuel Eto’o arrive. Il ne serre pas la main des 5 premiers joueurs qu’il croise et va directement vers José Desiré Job (…) Deux heures plus tard, tout le monde était dans le bus sauf Job. Il était dans sa chambre, et avait atrocement mal à l’estomac et une forte diarrhée (…) C’est là que Patrick Mboma dit   » Eh Samuel, qu’est ce que t’as fait à Job?  » . Eto’o répond « mais arrêtez c’est du n’importe quoi! » (…) Le lendemain, Eto’o laisse cinq joueurs et tente de me saluer, mais je lui dis « Eh t’es malade ou quoi, va saluer les autres d’abord. » (…) La suite, on la connaît. Eto’o finit meilleur joueur de la CAN, et Job n’a quasiment pas foulé la pelouse…« 

Les propos étonnants de Bernard Tchoutang sont disponibles en intégralité dans la vidéo suivante: 

Pour certains de nos lecteurs, de telles déclarations relèvent de la plaisanterie enjouée et gaillarde, mais pour Samuel Et’oo, l’intéressé, accusé d’être maléfique, il s’agissait plus de déclarations acariâtres certainement symptomatiques d’une jalousie de Bernard Tchoutang à son égard.

Le 21 juin 2017, Samuel Eto’o Fils, a publié sur son compte facebook une réponse à l’endroit de son ex-coequipier.

L’œil de Glez. © Glez / J.A.

Peut-on sérieusement penser que Samuel Eto’o serait devenu, entre autre, champion Olympique en 2000, vainqueur de la Coupe d’Afrique des nations en 2000 et 2002, finaliste de la Coupe d’Afrique des nations en 2008, finaliste de la Coupe des confédérations en 2003 par une intervention mystique? Certainement pas. D’autant que, les pratiques traditionnelles africaines, souvent mal assimilées sont tous sauf un sujet de plaisanterie ou de divertissement télévisé. Car, au-delà du caractère insultant de l’intervention publique de Bernard Tchoutang, se pose la question de savoir s’il est bon, même sous couvert d’humour, de raviver les clichés les plus pittoresques sur le continent africains, à savoir ce qu’on appelle vulgairement la « sorcellerie ». Plaisanterie ou non, les propos de Bernard Tchoutang sont d’une impertinence rare et le sieur Eto’o a bien raison1 de remettre les pendules de son camarade à l’heure avec fermeté et dignité.

 

Notes et références :

Samuel Eto’o Fils est :

  • Meilleur buteur de l’histoire du Cameroun avec 56 buts
  • Meilleur buteur de l’histoire de la Coupe d’Afrique des nations avec 18 buts (record précédemment détenu par l’Ivoirien Laurent Pokou avec 14 buts)
  • Meilleur buteur de l’histoire du RCD Majorque avec 70 buts
  • 4e meilleur buteur de l’histoire de FC Barcelone (à égalité avec Rivaldo) avec 130 buts derrière Lionel Messi, César Rodríguez et Ladislao Kubala
  • 15e meilleur buteur du championnat d’Espagne avec 161 buts.

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.