Omar Victor Diop, le photographe qui rend hommage à l’Afrique et sa diaspora

Omar Victor Diop est né à Dakar en 1980. Précocement, ce sénégalais de 37 ans a développé une passion pour la Photographie et le Design. L’artiste talentueux s’efforce de capturer la diversité des sociétés africaines modernes. Il y a 6 ans, suite au succès de son « Project Fashion 2112, (le futur du beau) » présenté lors de l’exposition panafricane de la Biennale africaine de photographie de 2011 à Bamako, il décide de se consacrer uniquement à la photographie, pour notre plus grand plaisir.

Omar Victor Diop a exposé de nombreux projets dont le fameux « Diaspora« , dans lequel il se mettait en scène dans la peau de nombreuses figures emblématiques d’afro descendants. Comme on peut le lire sur son site, ce projet est :

Inspiré par la multitude d’œuvres d’art baroque créées à l’époque, Diop envisage cette ère comme marquant le début d’une période d’interactions intenses (et auparavant inexistantes) entre l’Afrique et le reste du monde. En s’inspirant de portraits de notables Africains ayant marqué l’histoire européenne, Diop oppose et compare son parcours de vie et son héritage aux leurs, tout en retraçant les destins uniques des voyageurs et de ceux qui se trouvent dans un environnement étranger.

Omar Victor diop sous les traits de Dom Nicolau, Prince du Kongo (1830-1860). Sans doute le premier monarque africain a écrire publiquement pour protester contre l’influence coloniale.

Omar Diop en Jean-Baptiste Belleyy, premier député français noir, représentant alors le département du Nord de la colonie française de Saint-Domingue, à la Convention nationale puis au Conseil des Cinq-Cents.

Nous retrouverons Omar Victor Diop au Festival « La Gassily photo« , qui souhaite rendre hommage à la photographie africaine subsaharienne. L’édition 2017 se tiendra du 3 juin au 30 septembre 2017. Durant cette période, il y exposera « Liberty », une série de photographies qui invitent à une redécouverte d’épisodes de la résistance noire. Pour l’artiste, il s’agit d’une :

« narration réinventée de l’histoire du peuple noir »

Voici quelques-une des œuvres qui seront exposées au festival :

Selma, 1965

Les Marches de Selma à Montgomery de 1965 furent le point culminant du mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis.

La guerre des femmes, 1929

« Ogu Ndem » : en 1929 des milliers de femmes Igbo ont organisé une révolte massive contre les politiques imposées par les administrateurs coloniaux britanniques.

Thiaroye, 1944

Thiaroye, Sénégal. Le 1er décembre 1944, des dizaines de tirailleurs sénégalais qui réclamaient le paiement de leurs soldes étaient massacrés par l’armée coloniale française.

A propos de l'auteur :

Makandal Speaks

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

a écrit 184 articles sur NOFI.FR.

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Inscrivez-vous à la newsletter NOFI

* Champs requis
Vous êtes

Faire un don pour NOFIPEDIA

Faites un don

Pub full screen

Recherche NOFI