Quand « Le Monde » enrage contre Serena Williams: Lorsque on est la meilleure, c’est normal de gagner !

Lamentable. Le 8 juin, Le Monde a publié sur son blog un article outrageux  sur « l’heureuse absence » de Serena Williams au Tournoi Roland-Garros, signé par le journaliste Henri Seckel. Y aurait-il problème avec l’écrasante et récurrente victoire de la soeur de  Vénus Williams sur le court ?

Cette année, le championnat Roland-Garros est l’occasion de faire la lumière (encore) sur la médiocrité des tenismen français. Si les messieurs n’ont pas vendu de rêve au spectateurs, les femmes elles, semblent tirer leur épingle du jeu. En effet, certaines joueuses parmi les moins connues ont cette année l’occasion de briller et d’embrasser leur heure de gloire. Mais qu’est-ce que tout cela a à voir avec Serena Williams ?

A priori, rien du tout. Pourtant, pour donner plus d’intérêt à son article ou par amertume voire par racisme, l’auteur de l’article « J.12: c’est quand mieux quand Serena n’est pas là », publié mardi 8 juin a décidé d’angler son compte-rendu de compétition sur l’absence de la championne (23 grand schlem à son actif), qui en plus de permettre aux joueuses moins bonnes de s’illustrer, soulagerait également le public et même la terre battue tant « sa finesse de buffle ou ses manières de diva » sont insupportables. Oui, parce qu’incontestablement, Serena Wiliams est une grande joueuse, la meilleure de ces derniers temps. L’année dernière, la légende du Basketball Michael Jordan lui dédiait même une paire de sneakers à son nom. Lorsqu’on est la meilleure, on gagne. Rappelons que comme les autres tournois, Roland-Garros est une compétition. Les tennismen et tenniswomen y participent pour gagner, et non pour aimables ou magnanimes, ce qui n’a d’ailleurs jamais été dérangeant  lorsqu’il s’agissait d’Amélie Mauresmo ou qu’il est question des Sharapova et autres Graff. Quoiqu’il en soit, ce qu’il ressort de ce lamentable pamphlet, gratuit, à l’adresse des soit-disant détracteurs de miss Williams et surtout contre elle, c’est que l’auteur, Henri Seckel, semble vouer une haine et une jalousie démesurés à la plus grande joueuse des deux dernières décennies. Sans doute a-t-il ses raisons. Toutefois, quel intérêt journalistique y a-t-il a en faire la démonstration ? Une bavure qui soulève à nouveau la question du rôle des médias.

Les médias sont-ils censés nous informer sur le déroulement des événements ou nous faire passer  leurs frustrations et autres humeurs ? Par ailleurs, la rédaction ayant choisi de publier ces propos injurieux, le journal Le Monde cautionne alors ce point de vue. Serena dérange-t-elle parce qu’elle gagne ou parce qu’elle ne ressemble pas à ce qu’on « aime » voir ?

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Serena Williams : elle bat sa sœur et remporte son 23ème Grand Chelem

Grâce au journal Le Monde, hier, chacun a pu apprendre que le talent des uns pouvait être la réelle cause d’échec des autres et que c’est au plus fort de l’être moins afin de permettre aux autres de briller aussi, au lieu de « gagner plus qu’à son tour. ». Chacun a également pu apprendre que personne n’aime les champions, qu’ils sont lassants à force de toujours tout remporter et qu’ils feraient bien  de se blesser ou de tomber enceinte plus souvent pour nous épargner leur outrageante présence. Enfin, que les pays n’ayant pas une réelle culture de la victoire et que le chauvinisme empêche d’être objectifs, comme c’est le cas de la France, ne supportent pas l’arrogance des sportifs étrangers qui se permettent de tout rafler et qui osent ensuite savourer leur victoire. Quel culot !

Après tout, c’est vrai quoi, Serena, qu’est-ce que c’est que ce palmarès !?

En bref, Serena Willimas c’est:

La razzia individuelle de Serena Williams et Usain Bolt

Serena Williams, une icône du tennis engagée pour sa communauté

Serena Williams désignée personnalité sportive de l’année 2015 par Sport Illustrated

Wimbledon 2015 : Miss Serena Williams, la grande championne

 

Roland-Garros 2015: Serena Williams, la guerrière critiquée pour une grippe s’offre une nouvelle finale

Tennis – Serena Williams entre dans l’histoire

A propos de l'auteur :

SK

SK est la rédactrice/ journaliste du secteur Politique, Société et Culture. Jeune femme vive, impétueuse et toujours bienveillante, elle vous apporte une vision sans filtre de l'actualité.

a écrit 537 articles sur NOFI.FR.

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Inscrivez-vous à la newsletter NOFI

* Champs requis
Vous êtes

Faire un don pour NOFIPEDIA

Faites un don

Pub full screen

Recherche NOFI