Johnny Catherine, champion de boxe réunionnais massacré par les jeunes de son quartier

johnny catherine

26 décembre 2004. Alors que les pensées sont tournées vers le tsunami géant qui vient de dévaster l’Indonésie, faisant 230 000 morts, un meurtre féroce a lieu sur l’île de la Réunion. Johnny Catherine, ancien champion d’Europe et du monde de boxe française est massacré par sept jeunes de son quartier dont parmi eux la chair de sa chair, son propre fils de 15 ans. À leurs mains, sabre, hache, massue hérissée de clous, batte de baseball. Son corps est mutilé de blessures profondes, avant que les assillants lui coupent la jambe à hauteur du mollet, la brandissant comme un trophée pendant trois cent mètres en criant « le coq de Saint-François est mort ». La nouvelle se répand comme une traînée de poudre, les gens affluent sur le lieu du drame en même temps que la police et les secours. Johnny Catherine n’a que le temps de souffler quelques mots à l’oreille de sa compagne avant de s’éteindre, vidé de son sang.

Par Sandrine D./nofi.fr

Johnny Catherine naît un jour de l’année 1969, à Saint-Denis sur l’île de la Réunion. Il est indésirable pour ses deux parents qui l’abandonnent à sa naissance. Et bien qu’il soit élevé par sa tante, sa souffrance se traduit par une grande colère qu’il n’arrive pas à contrôler. L’enfant est réfractaire à l’autorité et a le sang chaud, à la moindre contrariété il cogne de ses poings. Très vite, il acquiert une réputation de caïd, se faisant connaître des services de police à cause de ses nombreuses bagarres et excès de colère.

Mais en 1993, à l’âge de 24 ans, il rencontre Bertrand Grondin, ancien boxeur devenu entraîneur qui le prendra sous son aile. Dans la discipline de la boxe française, il trouve enfin l’autorité et le cadre strict dont il avait besoin pour canaliser son agressivité. Johnny Catherine est très doué et passionné, déterminé et doté d’une grande force de frappe. En l’espace de quatre ans, il gravit les échelons devenant champion de la Réunion d’abord, puis de France, d’Europe et consécration ultime, du monde. La Réunion est fière de son fils et le surnomme « le Lion ».

Résultat de recherche d'images pour "johnny catherine boxe"

johnny catherine boxe

Ayant atteint le sommet, sa carrière de boxeur prend fin et hélas il reprend ses habitudes de mauvais garçon. En 2002, il est condamné à un an de prison ferme pour des faits de violences en bande. Sentant que seul le sport pourrait le sauver, il tente de revenir sur le ring dans la boxe thaïlandaise cette fois-ci, le muay thaï. Mais il n’est pas suffisamment efficace dans cette discipline et essuie deux défaites qui mettent un terme à ses ambitions.

Johnny Catherine a une compagne qui lui donnera quatre enfants, mais rien à faire, il a la bagarre dans le sang et est porté sur l’alcool, ce qui n’améliore pas son mauvais caractère. Ses ennemis sont d’autant plus nombreux qu’ils ont l’impression qu’il est impuni. En effet, la police souhaitant garder les fesses au chaud dans ses bureaux, demande à Johnny de régler les problèmes de son quartier en échange de son immunité, alors qu’il n’a aucune formation et aucun recul psychologique pour cette tâche. Les conflits, c’est avec les puissants coups de pieds hérités de sa pratique du muay thaï qu’il les règle. On ne l’appelle plus le lion, mais le coq. Sa sœur vit dans l’angoisse qu’on fusille son petit frère, son ancien entraîneur le prévient qu’un jour viendra où soit il tuera, soit il se fera tuer.

Le 25 décembre est jour de Noël et Johnny Catherine a picolé . Il tente de s’incruster dans une fête, mais la maîtresse des lieux le refoule. Fou de rage, il la gifle violemment devant témoins, or, à la Réunion, on ne frappe pas une mère. Les jeunes exaspérés se rassemblent et décident de mener une expédition punitive. Le 26 décembre 2004, alors qu’il se rend à un tournoi de football qu’il avait organisé pour les jeunes, il est attendu de pied ferme par une vingtaine de personnes armées et déterminées à en découdre. En les apercevant, Johnny Catherine s’enfuit à toute vitesse, sautant par dessus les toits pour trouver refuge chez sa tante, où il a grandit. C’est dans la cour de la maison qu’il est rattrapé par sept jeunes dont son fils illégitime, qui le mettent à mort de manière atroce en présence de sa tante et de sa nièce. Il n’avait que 34 ans.

Lors du procès de ses meurtriers, ceux-ci se défendront d’avoir voulu le tuer. Ils diront avoir « juste » décidé de le rendre handicapé de sorte qu’il passe le reste de sa vie en fauteuil roulant, incapable de faire du mal à autrui. Ils écoperont de peines allant de un à dix ans de prison, et sont donc tous libres aujourd’hui. Six ans après son décès, c’est un de ses fils légitime, Laurent Catherine, qui sera tué d’un coup de fusil par son oncle, demi-frère de Johnny, âgé d’à peine 19 ans.

Résultat de recherche d'images pour "laurent catherine mort"

Meurtre de Laurent Catherine, fils de Johnny Catherine

A propos de l'auteur :

Sandrine

Originaire de la Caraïbe, je suis une amoureuse de nos riches et fascinantes cultures noires. J'aime particulièrement conter nos belles histoires.

a écrit 65 articles sur NOFI.FR.

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Inscrivez-vous à la newsletter NOFI

* Champs requis
Vous êtes

Faire un don pour NOFIPEDIA

Faites un don

Pub full screen

Recherche NOFI