Rick Ross, l’ancien baron du crack devenu militant anti-drogue

ross

Le 26 janvier 1960, naît au Texas Ricky Donnell Ross alias Freeway Rick Ross, qui deviendra le principal responsable de l’épidémie de crack qui gangrènera la communauté afro-américaine dans les années 1980. Après un séjour en prison, l’ancien baron du crack s’est désormais reconverti en militant anti-drogue, actif aussi bien dans la prévention que dans la lutte :

« Personne en Amérique n’a autant d’expérience dans le trafic de drogue que moi , qui est mieux placé pour dire aux gosses que vendre de la drogue ne leur apportera rien ? »

Après avoir vécu sa prime enfance au Texas, Rick Ross se retrouve à Los Angeles en Californie. Il se distingue lorsqu’il joue au tennis avec ses potes, se donnant corps et âme à ce sport qu’il adore. Il est d’ailleurs repéré par un chercheur de talents, qui lui fait miroité la probabilité d’une bourse afin qu’il intègre une école de sport-étude. Malheureusement, si Rick Ross brille par ses capacités sportives, c’est le contraire à l’école, il est quasiment analphabète. Sa demande de bourse est rejetée, et ses espoirs d’une carrière sportive et professionnelle s’évaporent dans une grande frustration.

Résultat de recherche d'images pour "rick freeway ross tee shirt"

C’est peut-être la sensation d’avoir peu d’options pour sa vie future qui le pousse vers les délits, il se met à voler des pièces de voitures pour les revendre. En 1982, un ami lui remet un petit sachet de poudre blanche, soit un demi-gramme de cocaïne valant 50 dollars, en lui suggérant de le revendre. Rick Ross est impressionné par les profits qu’il en tire, c’est le début de sa carrière de dealer. Celle-ci s’envole lors de sa rencontre avec Oscar Danilo Blandón, un trafiquant de drogue nicaraguayen qui deviendra son fournisseur, et son meilleur ami. Il met au point une méthode de vente radicale et infaillible qui lui permet d’engranger des millions chaque semaine. Entre 1982 et 1989, Freeway Rick Ross aurait gagné plus de 2,5 milliards de dollars en trafiquant au moins trois tonnes de cocaïne.

VOUAS AIMEREZ AUSSI:

DMX : entre grandeur et décadence

Pour autant, il n’a aucunement conscience de faire du mal à sa communauté, il se perçoit juste comme un homme d’affaires prospère. Il investit l’argent de la drogue dans des entreprises et biens immobiliers, il a sous ses ordres des milliers d’employés. Généreux, il sponsorise pendant un temps une équipe de baseball de jeunes, achète des bancs pour l’église où se rend sa mère, et remet 60 000 dollars à un ami pour que ce dernier puisse lancer son label de musique.

Rick Ross est le mâle alpha, à lui le pouvoir, la richesse, la gloire, les femmes. Il est le boss, ceux qu’il aime peuvent compter sur sa fortune, chacun vient le voir lorsqu’il a un problème. Une situation qui flatte très agréablement son égo, mais qui prend fin lors de son arrestation le 2 mars 1995, suite à un piège que lui tend le FBI en se servant de Danilo Blandón.

Résultat de recherche d'images pour "danilo blandon rick ross"

Danilo Blandón et Rick Ross

En effet, celui-ci risquait la prison à perpétuité après avoir été arrêté pour trafic de drogue et blanchiment d’argent. Afin de se dépêtrer de cette situation, il a accepté de collaborer avec le FBI pour faire tomber son meilleur ami et plus gros client. Rick Ross est condamné à la prison à vie, sans possibilité d’être libéré un jour. C’est en prison qu’il apprend à lire, et se passionne pour la lecture. Il dévore tous les livres de droits de la bibliothèque, épluchant tous les textes de lois, certain que son salut se trouve à la portée de ses doigts. Sa ténacité paie, il peut lire que la loi américaine rend la peine de prison à vie automatique après trois condamnations fédérales, ce qui n’est pas son cas. Il plaide sa cause avec tant de conviction que le tribunal accepte de réduire sa peine à 20 ans. Il n’effectuera finalement que 14 ans et est libéré le 29 septembre 2009.

Si Rick Ross reconnait sa grande responsabilité dans la peste du crack qui a sévit dans les banlieues noires de Los Angeles, il accuse également la CIA et l’ancien président Ronald Reagan d’y avoir joué un rôle majeur.

Après la seconde guerre mondiale en 1945, les USA et l’URSS s’opposent avec deux visions différentes et incompatibles. D’un côté, les Américains prônent une société capitaliste, tandis que les Soviétiques veulent une société communiste. Ayant des rêves d’impérialisme, chacun use de propagande pour rallier un maximum de pays à son idéologie. C’est la période dite de la Guerre Froide.

Résultat de recherche d'images pour "ronald reagan cia"

Ronald Reagan

En 1980, le Nicaragua situé en Amérique centrale succombe à la tentation communiste, ce qui déplaît très fortement au président des USA, Ronald Reagan. Il voit d’un très mauvais oeil l’implantation du communisme dans ce que les États-Unis considèrent comme leur zone d’influence. Cela tombe bien car les « Contras », une formation de rebelles nicaraguayens anti-communistes sont décidés à renverser leur président Daniel Ortega. Une guerre civile éclate et, la guerre coûtant très cher (achats d’armes, d’uniformes ect…) les « Contras » cherchent des fonds. Ronald Reagan décide de les soutenir secrètement par des financements illégaux, car à l’époque le Congrès américain refusait que l’argent du contribuable serve à payer des opérations terroristes. Pour trouver l’argent, plusieurs membres de son administration vendent des armes tels que des missiles anti-char à l’Iran, pourtant ennemi des USA. Mais cela est insuffisant.

Le gouvernement américain décide alors secrètement d’autoriser les expéditions de cocaïne dans les ghettos noirs afin de financer les « Contras ». Des avions venus des États-Unis livrent des armes, des vivres et des équipements aux « Contras » du front sud basés au Costa-Rica puis, repartent pour la Colombie où ils chargent des cargaisons de cocaïne. Arrivée aux USA, cette drogue est refilée par les trafiquants latinos à des gangs des rues afro-américains nommés « Crips » et « Bloods ». C’est à ce moment que Rick Ross fait la connaissance de Danilo Blandón, le trafiquant de drogue qui pratique les tarifs les plus bas du marché. Entre eux deux débutent les affaires juteuses, sous l’oeil discret et satisfait de la CIA. Avec le recul, Rick Ross dira qu’il n’y a pas eu de hasard :

« Ils l’ont mis entre nos mains. Ils l’ont financé. Ce sont leurs avions qui l’ont amené ici. Leur gars, Oscar Danilo Blandón a mis en place le marché. Ils m’ont choisi. Je ne suis pas allé au Nicaragua. Cela pourrait aller plus haut que la CIA. Ils disent que les drogues corrompent tous les gouvernements ».

La consommation de drogue explose parmi la communauté afro-américaine, avec un nombre très élevé d’overdoses, l’augmentation de la violence et des troubles psychologiques. De plus, au prétexte hypocrite de lutter contre la drogue, Reagan fait passer une loi concernant le crack et la cocaïne : une personne en possession de 5 grammes de crack reçoit la même peine de prison (5 ans ferme) qu’une personne avec 500 grammes de cocaïne. Les Blancs consommant la cocaïne et les Noirs le crack, cette loi discriminante envoie massivement les Noirs en prison. À ce sujet, il faut savoir que la cocaïne est une substance poudreuse blanche qui se sniffe, extraite des feuilles de la plante Erythroxylon. Le crack lui, n’est qu’un résidu couplé à d’autres substances, beaucoup moins cher donc plus accessible aux Noirs défavorisés.

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Boys N The Hood: il y a 25 ans, Singleton portait la réalité des ghettos noirs américains à l’écran

Rick Ross regrette profondément le mal qu’il a infligé à son peuple. Aujourd’hui, il tente de se rattraper en militant contre la vente et l’usage des drogues. Il a notamment réalisé un documentaire « crack in the system », un livre autobiographique et prévoit un film sur sa vie.

« Personne ne gagne au jeu de la drogue. Les consommateurs détruisent leur vie et les vendeurs sont soit en prison, soit ils se font tuer. Il n’y a pas de vainqueur. »

Résultat de recherche d'images pour "danilo blandon rick ross"

À gauche le vrai Rick Ross, à droite le célèbre rappeur

D’ailleurs, il a un message pour William Leonard Roberts II, l’ancien gardien de prison devenu rappeur, ayant bâtit sa carrière en plagiant la vie du vrai Rick Ross :

« À William Roberts, aka “Rick Ross”, qui utilise mon nom, je t’invite à me rejoindre : combattons cette dérive culturelle, combattons cette culture du crime que le hip-hop répand. Faisons la différence. Toi et moi devons nous rassembler et il faut que tu leur dises que tu n’as pas fait ton argent en vendant de la drogue et que c’est en faisant de la musique que tu es devenu célèbre. Il n’y a rien de mal à faire de la musique, comme il n’y a rien de mal à être un agent pénitentiaire si c’est ce que tu étais. Mais beaucoup de tes fans qui t’écoutent et m’admirent sont dehors, battent le pavé pensant qu’ils peuvent dealer et transformer leurs business en une carrière musicale. Je ne sais pas si tu sais qu’ils n’y arriveront pas, mais moi je sais qu’ils finiront en prison avec des peines 3 ou 4 fois supérieures à ce qu’elles devraient être parce que cette guerre contre la drogue c’est pas de la rigolade. »

A propos de l'auteur :

Originaire de la Caraïbe, je suis une amoureuse de nos riches et fascinantes cultures noires. J'aime particulièrement conter nos belles histoires.

a écrit 37 articles sur NOFI.FR.

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Inscrivez-vous à la newsletter NOFI

* Champs requis
Vous êtes

Faire un don pour NOFIPEDIA

Faites un don

Pub full screen

Recherche NOFI