Les violences sexuelles infligées aux femmes migrantes

Les migrantes sont des femmes ayant quitté leur pays et leur famille, pour fuir la misère et les conflits armés. Originaires principalement d’Afrique de l’Ouest et centrale (République démocratique du Congo, Côte d’Ivoire, Liberia, etc…), elles subissent de nombreuses agressions, dont des violences sexuelles à chaque étape de leur trajet de migration, notamment des viols des autres migrants. À l’intérieur des zones de transit, s’ ajoutent les agressions sexuelles des policiers et du personnel de sécurité. Lorsqu’elles n’ont pas la somme nécessaire pour financer la traversée de la Méditerranée, elles sont contraintes à des relations sexuelles avec les passeurs. Et même en terre d’asile, point de répit. Le manque d’intimité fait qu’elles dorment dans la même pièce que les hommes et font leur toilette dans les mêmes sanitaires (toilettes et douches). La promiscuité avec les hommes et le manque d’intimité font que les jeunes filles et les femmes sont constamment harcelées et violées, à la vue et au su de leurs autres compagnons de misère.

VOUS AIMEREZ AUSSI:

Migrants : la couleur de peau détermine la hiérarchie à bord des bateaux entre la Libye et l’Italie

Toutes ces agressions sexuelles ont des conséquences dramatiques sur leur santé physique et mentale : MST dont SIDA, infections génitales, fausses couches, grossesses non désirées , stress permanent, angoisse, idées suicidaires…Généralement ces femmes taisent ces drames par honte ou par peur de représailles, et aussi parce qu’elles n’ont pas les moyens de porter plainte.

Le 8 mars dernier, à l’occasion de la journée des droits de la femme, l’ONG Gynécologie Sans Frontières, qui travaille dans les camps du nord de la France, a révélé qu’environ 70% des réfugiées avaient subi ces violences sexuelles. Quatre mois après le démantèlement de « la jungle de Calais », l’association a observé une recrudescence des viols et des demandes d’avortement. Aussi, elle réclame au gouvernement que soit ré-ouvert le centre Jules Ferry à Calais, qui permettrait d’accueillir 400 femmes et enfants.

A propos de l'auteur :

Originaire de la Caraïbe, je suis une amoureuse de nos riches et fascinantes cultures noires. J'aime particulièrement conter nos belles histoires.

a écrit 42 articles sur NOFI.FR.

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Inscrivez-vous à la newsletter NOFI

* Champs requis
Vous êtes

Faire un don pour NOFIPEDIA

Faites un don

Pub full screen

Recherche NOFI