Inauguration officielle du Chemin de fer Djibouti-Éthiopie

_91530072_hi035707715afp

Le Chemin de fer reliant la capitale ethiopienne Addis Abeba au port de Djibouti a été officiellement inaugurée mercredi 11 Janvier, à la gare de Nagad à Djibouti. Cette nouvelle voie ferrée longue de 752 km, aura couté la modique somme de 4,2 milliards de dollars.

Construite et financée sur le territoire de l’ancien Empire aksoumite par des entreprises chinoises, ce réseau ferré souligne parfaitement l’influence croissante de « l’Empire du milieu » sur le continent africain. Déjà fortement implantée à Djibouti, la Chine participe à une série de projets soutenus par des entreprises publiques.

La connexion  entre ces deux pays est vitale pour le développement de l’Éthiopie. En effet, plus de 90% du commerce éthiopien passe par Djibouti dans la région de la Corne de l’Afrique. Coté djiboutien, le partenaire éthiopien représente 70% de l’activité portuaire totale. Les travaux du nouveau chemin de fer qui ont duré 4 ans, permettront de réduire de manière phénoménale le temps nécessaire pour se rendre de Djibouti à Addis-Abeba. Alors qu’il fallait pas moins de 3 jours pour relier les deux pôle économiques, il faudra désormais 12 heures.

Le projet s’inscrit dans le cadre de la construction d’un futur réseau ferroviaire transafricain (soutenu par la Chine), qui sera long de environ 2000 km d’ici 2020. Il s’agira d’interconnecter cette ligne avec le Soudan via Mekele (nord), le Kenya via Moyale (sud), et le Soudan du Sud via Gambella (ouest).

chappelle

La nouvelle ligne ferroviaire relie Addis-Abeba à l’état de la Mer Rouge qu’est Djibouti.

Pour Mekonnen Getachew, le responsable du projet pour la Compagnie ferroviaire éthiopienne :

« Ce train représente un changement majeur. L’Éthiopie est l’une des économies les plus dynamiques d’Afrique. La connexion avec les ports (de Djibouti) va booster notre économie et accélérer notre croissance ».

Avec cette ligne, on se met à rêver d’une ligne ferroviaire transafricaine qui traverserait le continent d’Est en Ouest, de la mer Rouge à l’océan Atlantique. Ce genre d’infrastructures sont nécessaires afin de répondre à la forte croissance économique des nations africaines, qui sont les géants de demain.

A propos de l'auteur :

Makandal Speaks

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

a écrit 124 articles sur NOFI.FR.

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Inscrivez-vous à la newsletter NOFI

* Champs requis
Vous êtes

Faire un don pour NOFIPEDIA

Faites un don

Pub full screen

Recherche NOFI