Les frères d’Adama Traore devant le juge

Bagui et Youssouf, les frères d’Adama Traoré, comparaissent ce mercredi 14 Décembre devant le tribunal de grande instance de Pontoise. Il sont accusés de violences présumées sur des policiers municipaux et des gendarmes.

Voici 5 mois qu’Adama Traore à trouvé la mort dans des circonstances obscures dans les locaux de la gendarmerie de Persan (Val-d’Oise). Accusés de violences, de menaces de mort et d’outrages contre des policiers municipaux et des gendarmes ses deux frères font face aujourd’hui au juge. Cette comparution devant le tribunal fait échos à la réunion du conseil municipal de Beaumont-sur-Oise qui devait voter le 17 Novembre la prise en charge des frais de justice de la maire UDI Nathalie Groux.

Ce manque évident d’humanité de tact, provoqua l’ire des soutiens de la famille endeuillée, farouchement opposés à ce vote, d’autant qu’ils n’avaient pas pu assister au conseil municipal. Les provocations des forces du désordre de l’ordre entraînèrent des heurts à la suite desquelles 8 policiers et gendarmes déposèrent plainte prétendant avoir été frappé.

Bagui et Youssouf furent interpeller 2 jours plus tard alors que rien dans les enregistrements de vidéosurveillance ne pouvait identifier formellement les deux frères. Cherche-t-on à faire pression sur les Traore afin qu’ils la mettent en sourdine ? Lors d’une interview pour le NouvelObs Assa Traore déclara :

« Que paie ma famille aujourd’hui ? J’ai le sentiment que notre combat pour rendre justice à Adama dérange, qu’on préférerait que nous nous repliions dans l’impuissance du silence. Nous ne nous laisserons pas intimider, nous continuerons à porter ce combat haut et fort. »

Le juge placera les deux frères en détention provisoire, car selon lui, les frères auraient fait pression sur d’éventuels témoins.

Notons que 7 Décembre dernier, Yassine Bouzrou l’avocat de Bagui déposa une plainte contre une policière municipale prétendument blessée lors des événements du 17 Novembre pour « dénonciation calomnieuse«  et « tentative d’escroquerie au jugement« . Selon lui un « certificat médical de complaisance«  aurait été délivré à la pseudo-victime afin « d’aggraver les prétendues violences subies«  et de « déterminer le tribunal correctionnel à lui accorder des dommages et intérêts d’un montant important« . Encore un élément trouble, mais qui semble récurent dans ce qu’il convient désormais d’appeler « l’affaire Adama Traore« .

Ils ont tout deux été reconnus coupables des faits qui leur étaient reprochés. Issoufou Traore a été condamné à une peine de 3 mois avec aménagement. Bagui Traore lui, purgera une peine de 8 mois d’emprisonnement fermes, accompagnée d’une interdiction de Beaumont de 2 ans et d’un total de 7750 euros de dommages et intérêts (total des sommes à verser aux 8 plaignants).

A propos de l'auteur :

Makandal Speaks

Panafricaniste dans l’âme, j’œuvre à mon humble niveau à réunir les membres de la grande famille africaine à travers le monde.

a écrit 185 articles sur NOFI.FR.

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Inscrivez-vous à la newsletter NOFI

* Champs requis
Vous êtes

Faire un don pour NOFIPEDIA

Faites un don

Pub full screen

Recherche NOFI