Burkina Faso : au moins 29 victimes après l’attentat de Ouagadougou

Deux jours après l’attaque terroriste survenu dans le centre ville de Ouagadougou, le bilan provisoire s’élève au moins à 29 morts et une trentaine de blessés selon Simon Compaoré, le ministre burkinabè de la Sécurité intérieure. Parmi les 29 morts de l’attentat on compte 14 étrangers, 4 canadiens, 3 Ukraniens, 2 Français, 2 Suisses, 2 Portugais et 1 Néerlandais mais également cinq burkinabè. Pour le moment sept corps sont encore non identifiés. Parmi eux, trois blancs et quatre noirs. Par ailleurs, trois terroristes ont été abbatus au niveau du Taxi-Brousse, et un quatrième a été tué dans les étages de l’hôtel Yibi, un établissement voisin qui était vide pour cause de travaux de rénovation. 

L’attaque s’est produite dans la nuit de vendredi à samedi, lorsque plusieurs personnes dont trois hommes armés avec des kalachnikov ont fait irruption sur l’avenue Kwame N’Krumah, une des rues les plus fréquentées particulièrement par des étrangers au centre ville de Ouagadougou. Les assaillants -noirs et arabes d’une vingtaine d’années- selon des temoins, ont ouvert le feu sur la terrasse du bar-restaurant Cappuccino avant de rentrer à l’intérieur de l’établissement puis vider leurs chargeurs sur les serveurs et les clients qui étaient présents. Ils ont ensuite incendier les lieux et quelques voitures avant de prendre la fuite et se refugiés dans l’hotêl Splendid situé en face du Cappuccino où certains soldats français se trouvaient dans le cadre de l’opération Barkhane qui vise à lutter contre les groupes armés djihadistes au Sahel.

4bk18d7f03c8152lpr_800C450

L’assaut s’est terminé environ 5 heures après le début de l’attentat (19h30 heure locale). 150 personnes ont pu être évacuées par les forces spéciales françaises dépechées en urgence de Gao (Mali), où elles étaient en mission et des forces spéciales américaines. Selon une source diplomatique 12 enquêteurs, six gendarmes et six français sont arrivés dimanche pour aider les forces burkinabè à mener l’enquête.

L’attentat a été revendiquée samedi soir par le groupe djihadiste Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI), qui l’a attribué au groupe Al-Mourabitoune dirigé par Mokhtar Belmokhtar. L’information a été publiée par le SITE, une organisation américaine qui surveille les sites internet islamistes. Le SITE fait état du communiqué d’un message en arabe posté vendredi par le groupe djihadiste, qui énonce que l’attaque du Cappucino et du Splendid « serait une revanche contre la France et l’Occident mécréant etun outil pour inciter les jeunes de l’oummah au djihad. »

Rappelons que le groupe Al-Mourabitoune est également impliqué dans l’attaque survenu le 20 novembre dernier dans l’hôtel Radisson Blu à Bamako où au moins 19 personnes avaient été abattues.

C’est la première fois que le Burkina Faso est victime d’une attaque d’une telle ampleur. Plutôt dans la journée de vendredi, un couple autrichien (Eliot Keneth et son épouse Joséphine) avait été enlevé à Djibo dans le nord du pays.

En conséquence de ces actes, le Mali et le Burkina Faso ont décidé de coopérer dans la lutte contre l’islamique en Afrique de l’Ouest. Les premiers ministres maliens et burkinabè Modibo Keita et Paul Keba Thieba se sont rencontrés ce dimanche à Ouagadougou.

Un deuil national de trois jours sera bientôt décrété au Burkina.

image

A propos de l'auteur :

Passionée par l'écriture, la beauté et la mode, toujours dans l'idée de promouvoir l'excellence noire, j'ai décidé de créer une page Facebook (Jalia), dédiée à la femme.

a écrit 118 articles sur NOFI.FR.

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Inscrivez-vous à la newsletter NOFI

* Champs requis
Vous êtes

Faire un don pour NOFIPEDIA

Faites un don

Pub full screen

Recherche NOFI