SOCIÉTÉ

Le japon récompense une nigériane pour son action contre Boko Haram

La fondation japonaise Niwano a attribué son prix annuel à Esther Ibimiku Ibanga  pour sa lutte engagée contre le groupe islamiste Boko Haram.

Grâce à ses actions et son combat pour l’émancipation des femmes menés avec sa fondation « Femmes Sans Murs » (Women Without Walls Initiative – WOWWI), La religieuse et militante Esther Ibimiku Ibanga s’est vue récompensée par le 32e prix Niwano de la paix. « Femmes Sans Murs» a été crée en 2010 et a pour but de réunir des femmes d’ethnies et de religions différentes afin de lutter contre les violences et les tueries faites aux femmes. Ces dernières années, ces violences se sont traduites par les multiples enlèvements de femmes commis par le groupe Boko Haram.

Depuis 2009 Le groupe islamiste Boko Haram frappe le sud-est du Nigeria causant plusieurs milliers de morts en Afrique. Le groupe islamiste s’est souvent servi de femmes ou de jeunes filles pour des attentats-suicides. En œuvrant pour réunir les peuples et les individus de confessions religieuses différentes, Esther Ibimiku Ibanga a ouvert un chemin vers la réconciliation, la paix et l’apaisement des hostilités au Nigeria.

fondatrice_du_mouvement_women_without_walls

Le japon octroiera une récompense de 20 millions de yens, soit 150 000 euros à celle que la fondation Niwano a décrite comme une « religieuse courageuse et dévouée » qui a « «beaucoup travaillé pour encourager et faciliter la réconciliation entre les groupes de confession et tribus opposées» lors d’une interview livré à FranceTv Info. Cette cérémonie devrait se tenir le 14 mai, a Tokyo.

Fan de séries, de rock indé et des années 1990, elle pond des chroniques sur sa vie de femme noire en France et sur sa phobie des joggings Lacoste. Sur le net, vous la retrouverez plus facilement sous le nom de "La Ringarde", son identité secrète de super héroïne.