Découvrez le ‘Carnaval des Négros’, l’incroyable réveillon sud-africain inspiré par le raciste ‘Blackface’ américain

Alors que vous venez de faire un pas dans l’année suivante, un regard sur une célébration de la Nouvelle Année dans la ville du Cap laisserait à penser que nos frères d’Afrique du Sud en ont fait cent dans le sens inverse. On en veut pour preuve le Coon Carnival (littéralement ‘Carnaval des Négros’), une forme de célébration du Nouvel An inspirée tout droit des Blackface américains, ces shows racistes créés au 19ème siècle. Pourtant, contrairement aux Etats-Unis, cette pratique est intégrée et célébrée dans la culture métisse sud-africaine. Analyse d’un paradoxe.

Par Sandro CAPO CHICHI / nofi.fr

Né au début du 19ème siècle, le Blackface est une forme de représentation théâtrale où des acteurs  blancs et noirs interprètent des personnages noirs en se peignant le visage avec une couleur noir charbon. Les rôles typiquement joués par les acteurs perpétuent les stéréotypes racistes les plus abjects envers les Noirs : les hommes noirs sont laids, paresseux, des menteurs, des voleurs, des obsédés sexuels amateurs de femmes blanches et peureux ; les femmes, jouées par des hommes, ressemblent à des hommes et se comportent comme tel,etc.

L'acteur américain Al Jolson

L’acteur américain Al Jolson, grand ponte du Blackface

Véritable art national au 19ème siècle, le Blackface disparaît sous la pression de la lutte pour les droits des Noirs vers la moitié du vingtième siècle. Cette tradition a tellement traumatisé les Afro-Américains qu’aujourd’hui encore, beaucoup d’entre eux s’insurgent contre toute manifestation du Blackface à travers le monde.

Le film Bamboozled de Spike Lee (2000) constitue une sévère dénonciation du Blackface

Le film Bamboozled de Spike Lee (2000) constitue une sévère dénonciation du Blackface

Beyoncé fut très critiquée par ses compatriotes en 2011 pour avoir posé en ‘Blackface’ pour L’Officiel Magazine en l’honneur de ‘ses racines africaines’ et en hommage à Fela Kuti

Une pétition fut lancée en août dernier par une Afro-Américaine et signée par plus de 5000 personnes pour empêcher la télévision coréenne de diffuser des performances de Blackface, ce qu'elle continue à faire depuis des décennies

Une pétition fut lancée en août dernier par une Afro-Américaine et signée par plus de 5000 personnes pour empêcher la télévision coréenne de diffuser des performances de Blackface, ce qu’elle continue à faire depuis des décennies

D’abord habitée par des populations de langues Khoisan, la ville du Cap en Afrique du Sud fut en partie construite par des esclaves importés d’origine d’Indonésie, du Dahomey, d’Angola, de Madagascar, du Mozambique, de l’Inde ou du Sri Lanka travaillant pour leurs maîtres d’origine européenne. Très vite, les esclaves sont associés à la performance musicale et des orchestres d’esclaves jouant de la musique européenne pour leurs maîtres se forment les grandes occasions. Après l’abolition de l’esclavage, beaucoup d’esclaves deviennent musiciens professionnels et une tradition consistant à jouer de la musique pendant le réveillon au Nouvel An se crée. La musique jouée par les anciens esclaves issue des échanges entre musiques sud-africaines locales, européennes, asiatiques et d’ailleurs en Afrique vont alors contribuer à constituer une musique nouvelle toujours prête à absorber des influences venues d’ailleurs. Entre temps, suite à l’abolition de l’esclavage et au ‘métissage’ entre Européens et esclaves s’était créée une nouvelle ‘classe’ ethnique, celle des Métis.

Dulcie September, une 'Métisse sud-africaine originaire de la région du Cap'

Dulcie September, une ‘Métisse sud-africaine originaire de la région du Cap’

Ainsi, lorsque des musiciens blancs de Blackface arrivent au Cap dans la deuxième moitié du 19ème siècle, c’est avec enthousiasme qu’ils sont reçus par le public métisse du Cap. Peut-être était-ce parce que celui-ci était habitué à intégrer n’importe quelle musique, y compris celle de ses oppresseurs dans son répertoire musical? Ou peut-être parce que les stéréotypes associés aux Afro-Américains dans les spectacles de Blackface ne s’appliquaient guère à eux? Toujours est-il que cette intégration du Blackface dans la culture du Cap sera encore plus forte après le passage des Jubilee Singers d’Orpheus McAdoo, qui prendront le soin de se définir comme des ‘métisses’ lors de leur passage au Cap alors qu’ils étaient considérés comme des ‘Noirs’ ou ‘Nègres’ aux Etats-Unis. Etant clairs de peau comme les Métisses du Cap et proposant une version ‘digne’ du Blackface, ils allaient devenir de véritables modèles pour la communauté métisse sud-africaine. Cette dernière allait s’identifier à la pratique de ces métisses comme eux qui réussissent, avec dignité, à gagner le respect des Blancs du Cap.  Un autre témoignage de cette influence du Blackface afro-américain sur les célébrations du Nouvel An est l’utilisation  du terme ‘Coon Carnival’ (littéralement ‘carnaval des Négros’) pour les désigner, -utilisation  récemment et officiellement remplacée par le terme plus politiquement correct Cape Town Minstrel Carnival-, même si tous les déguisements utilisés lors du carnaval ne sont pas des Blackface.

Affiche des Jubilee Singers avec un portrait d'Orpheus McAdoo

Affiche des Jubilee Singers avec un portrait d’Orpheus McAdoo

Outre cette identification à sa pratique par les Afro-Américains, un autre événement va cimenter l’attachement des Métisses du Cap au Blackface. Il s’agit de l’Apartheid. En imposant entre 1966 et 1989 la ségrégation dans  la ville empêchant aux Métisses de célébrer comme ils le voudraient leur pratique particulière du Nouvel An, les autorités de l’Apartheid allaient renforcer l’attachement de la communauté métisse du Cap pour sa tradition, une tradition qui perdure aujourd’hui comme une marque de leur fierté et de leur identité, au delà des connotations qui peuvent lui être associées dans le reste du monde.

Des Blackfaces au Coon Carnival (Photo : henrytrotter.com)

Des Blackfaces au Coon Carnival (Photo : henrytrotter.com)

Bibliography
Le Cap ou les partages inégaux de la créolité sud-africaine / Denis-Constant Martin (in Cahiers d’Études Africaines, Vol. 42, Cahier 168 (2002))
« The Blackfaced Atlantic: McAdoo’s Jubilee Singers and McAdoo’s Minstrels in South Africa, 1890-1898 » / Chinua Thelwell (American Studies Association Annual Meeting, Renaissance Hotel, Washington D.C)

A propos de l'auteur :

Sandro CAPO CHICHI

a écrit 566 articles sur NOFI.FR.

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Inscrivez-vous à la newsletter NOFI

* Champs requis
Vous êtes

Faire un don pour NOFIPEDIA

Faites un don

Pub full screen

Recherche NOFI