INTERVIEW DE CHANTAL FAIDA: MILITANTE ENGAGEE POUR LE KIVU

Chantal Faida: « Un tué en période de guerre est un mort de trop. »

Chantal Faida, jeune congolaise de 26 ans n’a qu’une seule vocation: aider son prochain. Dans un Congo déchiré par la guerre, cette femme, simplement armée de son courage et de sa conscience  aide les femmes et enfants, cibles principales de ce conflit meurtrier. Dans le Kivu, Chantal est une aide précieuse à ceux et celles qui n’ont comme refuge que l’espoir, celui d’une paix durable. Une héroïne des temps modernes, comme d’autres petits soldats invisibles. Elle a accepté de nous parler d’elle et de son action quotidienne. Un témoignage de solidarité et d’engagement.

QUI EST CHANTAL FAIDA ?  

Je m’appelle Faida Mulenga-byuma Chantal, j’ai 26 ans. Diplômée en Economie, option gestion financière à l’Université Libre des Pays des Grands-Lacs à Goma depuis 2011. Je suis une militante engagée pour la cause des femmes et enfants démunis depuis mon plus jeune âge. Mulenga-byuma, signifie forgeron. Mon grand-père travaillait le fer. Née de père enseignant à l’école zaïroise de Kigali, et de mère modéliste et couturière, mon enfance a été marquée par une forte turbulence. La souffrance m’a forgée. Je suis née et j’ai grandi dans la guerre, mais je ne mourrais pas dans la guerre.

COMMENT A COMMENCÉ VOTRE ENGAGEMENT AUPRÈS DES SINISTRÉS DE RDC ?

Depuis bien longtemps, je suivais l’exemple de mon père qui travaillait dans les ONG humanitaires. Aider les démunis est devenue une passion pour moi. Il fut un temps où j’étais en déplacement, j’ai vue les bienfaits de la solidarité, et je me suis dit que je devais faire de même.
PAR QUELLES ACTIONS APPORTEZ-VOUS VOTRE AIDE A CES FEMMES BRISÉES ?

Je suis coordonatrice de UWEMA Upendo ya Wakongomani Elekeya Mwanamke na Mtoto (« Oeuvre de solidarité congolaise à l’égard des femmes et enfants démunis »). C’est une ABSL (association sans but lucratif) de la société civile congolaise qui a pour mission la défense et la protection des droits des femmes et enfants démunis. Notre domaine d’intervention est l’éducation. Cette année, nous avons lancé une campagne, EDUCATION POUR TOUS, grâce à laquelle nous avons pris en charge les frais de scolarité de 10 enfants vulnérables. Nous comptons faire la même chose pour les femmes non lettrées, mais nous sommes confrontés à un problème de fonds. Notre rêve: un Congo où la majorité de la population est lettrée. Car nous pensons que l’éducation est la clé de l’émergence.

 

chantal faida1
EN TANT QUE FEMME, NE CRAIGNEZ-VOUS PAS DE DEVENIR VOUS-MÊME UNE CIBLE ?
Non je ne crains rien. Tout ce qui me tient à cœur, c’est de voir mon pays pacifié.
CES MUTILATIONS ET VIOLS SUBIES PAR LES FEMMES SONT-ILS EN BAISSE, OU EN RECRUDESCENCE ?

Tant qu’il y aura la guerre, les corollaires qui vont avec seront en forte croissance. Tueries sauvages, viols, mutilations…L’Etat congolais doit s’assumer en assurant la sécurité de tous. Un tué en période de guerre est un mort de trop.

CERTAINES FEMMES SONT CHASSÉES APRÈS AVOIR ETE VIOLÉES PLUSIEURS FOIS. Où SONT-ELLES ACCUEILLIES ?

Il existe des organisations de la société civile qui prennent en charge ces victimes pour un certain temps. L’idéal est qu’elles soient prises en charge totalement jusqu’à être réinsérés dans leur ménage. Mais faute de moyens, elles sont laissées pour compte. Le gouvernement doit aussi mettre la main à la pâte.
 QU’EN EST-IL DES ENFANTS ET DES PERSONNES ÂGÉES ?
Même recommandation au gouvernement congolais. Les ONG ne doivent pas se substituer aux services publics. Notre pays est souverain et il doit donc s’assumer.

QUE PENSEZ-VOUS DU TRAVAIL DU DOCTEUR DENIS MUKWEGE ?
MUKWEGE, est une perle pour la RDC. Il fait un travail extraordinaire au Kivu. Il souhaite qu’un jour cessent à jamais les horreurs faites aux femmes de sa contrée, et qu’il ait à soigner des maladies naturelles. Pareil homme, on en a tous les cinq siècle.

 

faida2

 

DE TOUTES LES HORREURS QUE VOUS VOYEZ, QUEL CAS VOUS A LE PLUS MARQUÉE ?

Très récemment en territoire de Béni. En l’espace de quelques jours, des centaines de civils ont péri et cela continue. Des crimes infâmes et affreux commis par des rebelles ougandais ADF-NALU. L’armée doit faire son travail.

COMMENT VOUS DEFENDRE, ET LES DEFENDRE ELLES ? QUI ASSURE VOTRE SÉCURITÉ ?

Je ne suis pas si spéciale que les populations de Béni, Masisi, Walikale qui vivent les affres les plus odieux. J’exige une sécurité sur l’ensemble du territoire national.

PENSEZ-VOUS QUE LES INSTITUTIONS JOUENT UN RÔLE DÉTERMINANT DANS CE CHAOS ?

Leur laxisme dénote une certaine complicité.

QUELLE(S) AIDE(S) RECEVEZ-VOUS DU CONGO, ET DES AUTRES PAYS ?
Les bonnes volontés sont à remercier. Les autres pays aident par le canal de leurs citoyens qui se mobilisent pour la cause congolaise. Merci !

L’Etat congolais devrait mettre en place un fonds en appui aux ONG locales.

A-T-ON DÉJÀ ATTENTÉ À VOTRE VIE ?
Un cas isolé, je me suis fait braquée par des militaires un soir, en revenant du boulot. Ils m’ont dépouillée de tous mes biens. Ces cas sont légion.

DEMEUREZ-VOUS TOUJOURS EN RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO ?
Oui.

QUEL AVENIR AUJOURD’HUI POUR LES FEMES DU KIVU ?
La femme c’est le symbole de toute nation. Assurer sa dignité doit être notre combat quotidien.
COMMENT CEUX QUI SONT ETRANGERS À CETTE SITUATION PEUVENT-ILS SE MOBILISER POUR AGIR ?
Rejoignez l’action 1 euro pour sauver le Congo. Sinon, il y’ a beaucoup d’autres initiatives. Ou aidez directement Uwema à Goma: uwema.rdc2013@gmail.com +243994004869
Merci !!!

A propos de l'auteur :

SK

SK est la rédactrice/ journaliste du secteur Politique, Société et Culture. Jeune femme vive, impétueuse et toujours bienveillante, elle vous apporte une vision sans filtre de l'actualité.

a écrit 506 articles sur NOFI.FR.

ou

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

Inscrivez-vous à la newsletter NOFI

* Champs requis
Vous êtes

Faire un don pour NOFIPEDIA

Faites un don

Pub full screen

Recherche NOFI