CULTURE

« UN LÉZARD À MADININA », le blog-BD d’une amoureuse du soleil

Il y a encore quelques années, excepté la BD ou le manga, supports incontournables appréciés des petits et des grands, le monde de l’illustration n’était accessible qu’aux plus passionnés ou avertis. 

Propos recueillis par C.J, le 21/03/2014

image_vee_NOFI

Sûrement en partie grâce au web, il y a eu comme une sorte de démocratisation pour mettre dans la lumière des dessinateurs de talent ! Qui n’a pas suivi dernièrement le boom d’Ebène Duta et sa campagne de crowdfunding à succès !
Mais celle que nous mettons sous les projecteurs ici, c’est Vee ou… « Un lézard à Madinina ». Le coup de cœur a eu lieu en 2011 et les coups de cœur sont d’abord faits pour être partagés. Découvrons ensemble ce personnage atypique qui lézarde sous le soleil des Antilles, pour le plus grand plaisir de nos zygomatiques !

 

Des dessins frais ! Des histoires anecdotiques et pleines d’humour. Autodérision, cynisme parfois, mais qui est Vee ?
La dessinatrice ou le personnage ?

Les deux !
Vee est une Martiniquaise de 27 ans qui a décidé de faire son blog pour faire un peu sourire le monde.

Tu dis « la dessinatrice ou le personnage ? »… Le personnage n’incarne-t-il pas, justement, la dessinatrice ?
Seulement sous certains aspects, ceux que je veux bien montrer. C’est une sorte d’alter ego. J’illustre aussi pas mal de traits de mon caractère qui ne sont pas forcément positifs.

L’ingratitude par exemple, lol ? (ndlr la dernière note de Vee abordait la question de l’ingratitude)
Oui, par exemple ! (rires) Je n’ai pas forcément envie de cacher qui je suis, parce que personne n’est parfait, de toute façon. Et puis je me dis que d’autres peuvent aussi y trouver un écho.
Donc, qui je suis, particulièrement ? Spontanée, timide quand je ne connais pas. Mais après, quand on me connaît, j’essaie toujours de faire rire un petit peu. Vee, c’est moi, mais elle va peut-être davantage parler que mon vrai moi. Je vais vraiment m’exprimer, être dans l’exagération, faire rire ou sourire. Le monde est déjà assez morose, donc si on peut y ajouter un peu de joie, ça ne coûte rien !

Quand l’aventure « Un lézard à Madinina » a-t-elle commencé ?
En 2007. Avant je ne dessinais pas forcément. J’ai eu mon DNAT (Diplôme national d’Arts et Techniques), un diplôme de graphisme en trois ans. Tout de suite après, j’ai commencé à travailler. Et depuis six ou sept ans, je travaille dans une agence de communication. Bizarrement, quand j’ai commencé, je me suis rendu compte que j’avais du temps, alors que, quand on est étudiant, on travaille non stop. Je faisais mes horaires de travail et après rien. Je m’ennuyais. J’ai découvert les blogs-BD et j’ai adoré ce medium. Voir les gens se mettre en scène, raconter des anecdotes du quotidien qui font vraiment rire. Et je me suis dit pourquoi pas moi un jour… J’avais du temps, je me suis donc lancée. Ça a commencé à prendre de l’ampleur petit à petit, quand je me suis mise sur Facebook. Maintenant, avec près de 3000 fans sur Facebook, plus Twitter, c’est bon, j’ai un petit noyau avec moi. Ça me fait vraiment plaisir de voir qu’on apprécie mon travail, que les gens regardent, commentent et partagent mes notes car c’est beaucoup d’investissement.
Ça demande quand même de réfléchir à l’idée, à sa réalisation, la dessiner, ça demande beaucoup de temps. Et la seule récompense qu’on a vraiment, la seule chose qui nous encourage, c’est d’avoir des retours.

Tu as un regard assez critique de toi-même ! Ce n’est pas donné à tout le monde !
Concrètement, les idées me viennent comme ça. Si ça me fait rire, tant mieux. Si ça ne fonctionne pas, je la mets de côté pour la développer plus tard. Il y a toujours le moment où je me dis : « J’ai fait ça, mais comment va-t-on le percevoir ? Est-ce que je ne vais pas dire de bêtises, est-ce qu’on ne va pas me critiquer ? ». J’ai toujours ce rapport avec moi-même car il y a des gens qui me lisent, je ne peux pas en faire abstraction. Si je sens que ça peut poser problème, je me censure. Mais c’est rare.

Tu mets également en scène des gens de ton entourage, comment le perçoivent-ils ?
Je les préviens quand même, mais ils sont contents ! La dérision est davantage portée sur moi. C’est moi qui suis la « mauvaise » ! Eux, je ne les mets pas dans une position délicate. Ma maman, en tout cas, apprécie beaucoup de se voir ! lol

Tu n’as pas envie de te valoriser davantage à travers tes notes ?
Je me demande si ce n’est pas un peu la mentalité à la française : on ne doit pas montrer quand on est bien, quand on réussit. Les gens auront plus de sympathie si on montre qu’on est un peu comme eux. Le fait d’avoir des fans, c’est une valorisation pour moi, ça me suffit. C’est avec nos failles et nos maladresses que les gens sont plus enclins à réagir positivement, je trouve. Ou peut-être que j’ai peur qu’on me critique. Et puis, je n’en vois pas l’intérêt.

Au fait, ça va mieux tes problèmes capillaires ? lol ! Depuis que j’ai coupé, plus de soucis ! lol ! Tout va bien. J’ai trouvé ma voix pour un petit moment. Jusqu’à la prochaine crise ! lol ! Les cheveux, c’est trop de travail. Et puis tout le monde me dit que ça me va mieux 😉

Un message à faire passer ?
Commentez ! J’aimerais que les gens commentent ! Avoir plus d’échanges et de feedback. C’est tellement valorisant d’avoir des échanges, de se dire que les gens apprécient. Je veux des commentaires ! lol C’est ce qui nourrit les blogueurs. Et de venir en Martinique prendre du soleil parce que chez nous il fait beau et que j’aime le soleil. Voilà pourquoi : « Un lézard à Madinina » !

itw_NOFI_vee

Pour en savoir plus :

http://unlezardamadinina.com/qui-est-vee/

Facebook:https://www.facebook.com/pages/Un-l%C3%A9zard-%C3%A0-Madinina/47702273743

Twitter: https://twitter.com/Vee_Madinina

Hellocoton: http://www.hellocoton.fr/mapage/vee